Taxe carbone : l’impôt de la révolution verte

lesechos.fr, Anne Bauer, Julie Chauveau, Lucie Roquebain, le 1er juillet 2009  

Taxe carbone : l’impôt de la révolution verte

Taxer le CO2 pour répondre à l’urgence climatique. Tel est le principe de la taxe carbone, un impôt qui aurait la double vertu de pousser à adopter des comportements écologiquement vertueux et de permettre d’alléger les charges pesant sur le travail. Une conférence d’experts s’ouvre demain sur ce projet, à la demande de Nicolas Sarkozy.

Aux yeux des économistes, la taxe carbone a le mérite d’être simple et efficace. A condition de fixer le « bon » prix de la tonne de CO2.

Plus de deux ans après avoir signé le pacte de Nicolas Hulot, véritable appel à un changement radical de politique pour répondre à la crise écologique, le chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy, semble convaincu de la nécessité de renforcer la fiscalité sur l’environnement. « Je souhaite que nous allions le plus loin possible sur la taxe carbone », a-t-il déclaré devant le Parlement réuni en Congrès. Une conférence d’experts s’ouvre demain (lire page 4) sous la présidence de Michel Rocard, qui estime que cette « révolution fiscale » peut être aussi importante que la création de l’impôt sur le revenu en 1917.

Pourquoi taxer le carbone ?

Pour protéger ce bien commun qu’est l’atmosphère, l’idée est de faire payer la tonne de carbone émise. Et de donner un signal prix suffisamment incitatif pour que le monde parvienne à diviser par deux ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050, si l’on veut limiter le réchauffement de la planète à 2 degrés. Ce qui implique de la part des pays industrialisés un double effort, afin de laisser au reste du monde une chance de se développer. La France devrait ainsi diminuer de 3 % par an ses émissions pour ne plus rejeter que 140 millions de tonnes équivalent CO2 (dioxyde de carbone) en 2050, soit quatre fois moins qu’aujourd’hui. « L’enjeu derrière la contrainte carbone est de mettre sur pied une économie de guerre sans guerre », rappelle Olivier Godard, un des principaux experts du sujet. L’Union européenne a été la première à mettre fin à la gratuité du carbone, en se dotant d’un système d’échange de quotas de CO2, auxquels sont soumis les 11.000 plus grosses installations électriques et industrielles européennes. Celles-ci pèsent pour 30 % des émissions, d’où l’idée d’introduire une taxe carbone pour les 70 % restants, notamment dans le transport et le bâtiment.

Quel est le projet en discussion ?

La nouvelle taxe en discussion devrait, si l’on recherche le « signal prix » le plus clair possible, refléter le volume de carbone émis lors des processus de fabrication et de transport des biens. Mais, faute de comptabilité carbone sophistiquée, il semble irréaliste de taxer chaque produit consommé. Le plus simple est donc de cibler les consommations d’énergie. De nombreux prélèvements existent déjà sur Lire la suite

Forêt de Brocéliande : Rencontres Agri-Culturelles du 23 juillet au 2 août

aspaari.unblog.fr, Communiqué, le 2 juillet 2009

Rencontres Agri-Culturelles 2009

Elles se dérouleront du jeudi 23 juillet au dimanche 2 aout. Programme selon ce que chacun voudra y mettre : ceci est une invitation à s’impliquer pour des rencontres agri-politique.

Cuisinage autogéré, bio & végétarien, PAF 2,5 € (prix indicatif par repas) & participation aux frais généreux.

Assemblée chaque soir à 19 h.

Thèmes de discussions envisagés

– Accès au foncier

– NESO (pour un “NESO” consommateur)

– décroissance

– cohérence entre nos idées (nos idéaux ?) & nos pratiques

Au programme

Nuit à la belle étoile dans la forêt avec les enfants, ballade nocturne silencieuse, confiture, décroissance & sobriété heureuse…

– Chantier en éco-bio-construction

– Construction d’une kerterre, isolation en terre-paille

L’association ASPAARI a été créée en 1999 par des porteurs et porteuses de projets agricoles pour faciliter l’installation d’autres porteurs de projet. Progressivement, ASPAARI a mis en place Lire la suite

Bègles le 3 juillet : réunion publique LGV

Coordination des associations de vigilance LGV, Communiqué, le 2 juillet 2009

Vigilance LGV : Projet ferroviaire Sud-Europe Atlantique

Les LGVs font l’unanimité contre elles !

Prochaine réunion publique (environnement, tracé, financements…) :

VENDREDI 3 JUILLET à 20h00 à la salle Jean Lurçat à BÈGLES

Noël Mamère – député et maire, 

Victor Pachon – CADE – Collectif d’associations du Pays Basque et du sud des Landes

Simon Charbonneau – Lire la suite