Croissance verte : vers un monde sans déchets ?

rue89.com, Emilie Delouvrier et Julien Dossier, le 28 juin 2009 

Croissance verte : vers un monde sans déchets ?

1% seulement des matières produites et transformées sont encore en usage dans les six mois qui suivent leur vente, en Amérique du Nord, soit un taux de déchet de 99%. Le chiffre, avancé par Paul Hawken, Amory et Hunter Lovins dans « Natural Capitalism », est effrayant et renvoie aux images apocalyptiques de la montagne d’ordures d’Aterro de Gramacho à Rio -la plus grande décharge d’Amérique Latine- qui menace de s’effondrer.

Dans son film d’animation ludique et pédagogique, « The Story of Stuff » (« L’Histoire des choses »), la militante écolo américaine Annie Leonard dénonce l’absurdité de notre chaîne de production et de consommation qui conduit à surexploiter les ressources naturelles de la planète pour les envoyer presque aussitôt à la poubelle ! Au passage des tonnes de pollution sont produites…

Même le recyclage a ses limites

Le recyclage est indispensable mais il ne suffit pas : il a ses limites, dans la mesure où l’objet qu’on recycle n’est pas conçu pour être transformé. L’exemple du papier recyclé est instructif. En partant d’une fibre de cellulose « vierge », tirée du bois, on peut espérer sept cycles de recyclage avant que la fibre ne devienne si cassante qu’on ne puisse plus rien en faire. Et chaque étape de recyclage pose la question du traitement des résidus toxiques, chlore et encres. Au livre en papier recyclé, on peut opposer le « durabook » (livre durable) fait à partir d’un polymère entièrement réutilisable, sans perte de ses propriétés.

Le « durabook » est un objet durable : il n’a pas vocation à être jeté. Le « duraordinateur » reste encore à inventer. L’écodesign -qui conçoit des objets faits pour être réparés, recyclés, transformés- est en pleine expansion. Faut-il en conclure à l’avènement imminent d’un monde sans déchets ? Pas totalement mais les tenants de la croissance verte nous invitent à repenser entièrement nos modes de production et de consommation, selon deux axes. D’une part, il faut concevoir des objets destinés à avoir plusieurs vies. D’autre part, il faut valoriser les déchets, inévitables dans le processus de production.

A chaque lieu ses solutions. Dans les fermes-écoles Songhaï au Bénin, les déjections animales, les déchets végétaux et les eaux usées (douches, toilettes) servent à produire du biogaz -du méthane- qui alimente les cuisines en énergie. Dans son restaurant londonien, le chef anglais Arthur Potts Dawson utilise les épluchures pour faire du compost qui fertilise le potager adjacent. Une évidence, certes, mais Potts Dawson propose aussi de réutiliser de l’huile de friture comme combustible dans les taxis qui raccompagneront les clients chez eux.

Il s’agit de s’orienter vers le ré-emploi, la transformation d’objets et de ressources renouvelées, autour de circuits courts, de réparations et de réseaux sociaux plus denses et plus solidaires. La croissance verte suppose de revenir à des productions locales, limitant le coût financier et l’impact environnemental du transport. Chaque produit est alors défini en fonction des ressources et possibilités locales. Par exemple, on peut fabriquer du liquide vaisselle à base de sauge, cultivée sur des friches industrielles en proche banlieue parisienne, en créant au passage des filières d’emplois d’insertion.

Loin d’être une utopie, la croissance verte est un véritable défi en termes d’innovation et de créativité.

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Ils « compactent » leur vie pour ne plus gaspiller

Et si on poussait l’industrie du cinéma à moins polluer ?

Jean-Marc Jancovici : « On vit à crédit écologique »

Et si on autofinançait la protection de l’environnement ?

Publicités

Une Réponse

  1. Fruit de plusieurs années de réflexions, ce site contient les réponses innovantes aux questions complexes de la gestion des déchets ménagers. Il démontre qu’il est impossible de résoudre de tels problèmes résultants des schémas chaotiques passés aboutissants aux organisations empiriques actuelles. Il propose donc une réforme en profondeur du tout le système en se basant sur des principes fondamentaux au travers de solutions techniques, juridiques, organisationnelles, politiques et environnementales.

    http://sites.google.com/site/cadiot33650

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :