Bordeaux : Venez tous le 14 juin, rue de Cauderes, faire la fête entre habitants du quartier !

Cauderes, Juin  2009, lettre n°19

Comité d’Accompagnement de l’Urbanisme de Défense de l’Environnement et de REspect de la Sécurité Issn 1634 – 5312

Association de Quartier de la Barrière de Toulouse

C’est la fête ! 

Venez tous le 14 juin, rue de Cauderes,  faire la fête entre habitants du quartier !

Vous aviez coutume de nous voir venir avec nos gros sabots que nous n’hésitions pas à mettre dans les plats à chaque fois que cela nous semblait utile.

Rassurez-vous, nous ne les avons pas rangés bien loin et nous les rechausserons dès que nous le jugerons nécessaire, n’oubliant pas que notre vocation première  est celle d’une asso-ciation de défense de l’environnement urbain et du citoyen dans son quartier. En attendant et par ces temps de crise et de morosité nous voulons contribuer, même modestement, à apporter à notre quartier un peu de vie, à susciter des rencontres et à rappeler à tous que cette entrée de ville n’est pas uniquement constituée d’un mac drive malodorant et encombrant et d’une agence de location de véhicules super-envahissante.

Que vous nous ayez soutenus ou critiqués, vous êtes tous les bienvenus car dans notre quartier il y a aussi et surtout des talents, des énergies et initiatives que nous vous invitons à découvrir le dimanche 14 juin, rue de Cauderes.

détails des festivités en dernière page

Cauderes a son blog !

Tapez blog de cauderes et vous retrouverez nos articles sur le net et puis bientôt, on l’espère, vos avis,  commentaires et infos pour l’animer. Il est tout jeune, tout neuf, animé par Roselyne, notre pro de l’informatique qui se démène pour le bâtir, le modeler, le peaufiner… Aussi, soyez indulgent, il sort du berceau ! 

Mais surtout, n’hésitez pas y jeter un œil pour nous adresser vos coups de cœur et vos coups de gueule sur ce qui concerne notre quartier bien sûr mais aussi la ville,  tout en restant poli et respectueux car la grossièreté et l’insulte n’ont jamais fait avancer le schmilblic….même si  on peut se sentir parfois particulièrement agacé par des décisions qui nous échappent.

La démocratie participative, on y travaille et il y a encore beaucoup de chemin à faire pour que ce ne soit pas un vain mot, mais elle ne se bâtira pas sans vous…..et sans un réseau associatif qui tisse patiemment sa toile.

Qui gagne, perd !

Nous avions dans notre dernier numéro de la gazette Cauderes évoqué avec plaisir notre victoire en appel et définitive contre le permis de construire de la résidence Sirius, qui fut annulé sur le motif architectural  pour  non intégration dans le paysage urbain.

Notre engagement depuis plus de 10 ans sur le terrain  en faveur de la protection du paysage urbain dit « mineur » était enfin reconnu.  Les juges nous ont suivis et par cette jurisprudence unique ont voulu marquer un coup d’arrêt au laisser- faire coupable de nos édiles qui laissent dégrader un paysage urbain quand  il est situé hors secteur sauvegardé et éloigné des monuments historiques.

Une reconnaissance d’autant plus appréciée que lors de la biennale d’architecture du printemps 2008, le commissaire de l’exposition, l’ architecte Nicolas Michelin a attiré l’attention des publics et décideurs  sur la nécessité de prêter attention à ce paysage ordinaire  qui constitue le cadre de vie de milliers d’habitants… une fois de plus, nous avons anticipé sur l’air du temps et nous avons eu raison trop tôt car l’immeuble est bel et bien construit.

Mais notre satisfaction  fut de courte durée car cette décision unique, hormis l’intérêt qu’elle suscita dans le monde juridique et environnemental, n’apporta pas les conséquences heureuses attendues : nous n’avons pu communiquer dans le journal Sud-Ouest  sur cet arrêt exemplaire qui allait ravir tant d’habitants de quartiers soumis aux mêmes dégradations…Silence, on dérange ! 

Pas la moindre excuse de la mairie de Bordeaux  pour l’erreur manifeste d’appréciation commise ni de la part de la SNI, promoteur de l’opération ni bien sûr aucune volonté de réparations quant à la dégradation de notre quartier… 

BOUTD’QUARTIER

Dans mon bout de quartier, il y pousse de grands cubes-à-loger-des-citoyens enfin il en poussait, mais ça ne se reproduira sûrement plus, dormez tranquilles, bonnes gens, les pouvoirs publics veillent. C’est bien. Un quartier est si vite défiguré ! Imaginez : mes voisins, dans l’impasse  à côté prétendaient refaire leur toit qui fuyait depuis l’été. Heureusement pour la sauvegarde de notre patrimoine le service de l’urbanisme ouvrait l’œil ! Et mes voisins ont dû revenir plusieurs fois sur leur dossier. Ils ont finalement  été vivement encouragés à refaire le toit de leur échoppe à l’identique, avec des petites tuiles vieillies… et moi ça me rassure, comme ça, peut-être que mon bout de quartier fera l’objet des mêmes attentions que le Bordeaux classé au patrimoine de l’UNESCO …

Et cela me rassure d’autant plus que lors d’une réunion de riverains au Centre de Formation des Apprentis,  avec le président de la chambre des Métiers de la Gironde et les responsables du CFA, j’ai appris que celui-ci déménagerait définitivement d’ici trois ans et que d’ici quelques mois le terrain – d’une superficie de plus d’un hectare , ce n’est pas rien ! – serait vendu au promoteur le plus offrant alors maintenant je sais que les pouvoirs publics veilleront à l’inscription des futurs bâtiments dans le paysage urbain  et au choix des petites tuiles couvrant ces mêmes bâtiments… un quartier est si vite défiguré par une vilaine toiture mal retapée.

La Nuit, tous les chats sont gris ….

Dès la tombée de la nuit, les boulevards se vident un peu et tentent de recouvrer cette quiétude d’un lieu de circulation calme, si tant est que cela puisse se faire…

Car, dès les douze coups de minuit, les belles de nuit font leur apparition. Et quelle apparition !

L’abribus et les quelques trottoirs longeant le boulevard Roosevelt servent de vitrines bien sordides à un trafic de corps. On aura tous reconnu le problème de la prostitution qui refait surface régulièrement, et pour des périodes plus ou moins longues, sur nos trottoirs. Etre témoin  d’une exploitation, voire d’un esclavagisme humain, me gêne à plus d’un titre.

Tout d’abord, les jeunes enfants et les miens en particulier ne tarderont pas à poser la question fatidique qui appelle une réponse la plus juste et délicate possible. Ce n’est jamais simple d’expliquer à de jeunes enfants, pétris de contes de fées et de belles princesses, que des jeunes femmes sont obligées, pour vivre, de vendre leurs corps avec tous les risques que cela comporte, risques sanitaires d’abord et sécuritaires ensuite.

Ensuite, le ballet incessant des voitures s’arrêtant à fréquence régulière augmente la pollution sonore des boulevards, la nuit, alors que l’on pourrait espérer un peu de calme, dans une tranche horaire où l’on aspire au repos.

De même, cette présence féminine peut parfois mettre mal à l’aise, malgré les plaisanteries de façade, les amis que l’on raccompagne à la porte après une soirée conviviale et sympathique.

Enfin,  cette activité qui se déroule sous nos fenêtres me donne l’impression d’être la complice passive d’un trafic illégal et générateur d’une détresse humaine et sociale difficile à réparer. L’assistance des associations spécialisées dans l’accueil et le suivi sanitaire de ces populations est une maigre consolation, car les témoignages entendus sur le sujet révèlent la souffrance et la dépendance extrême qui les amènent à « travailler », non pas pour elles-mêmes, mais pour des escrocs, manipulateurs et indifférents à la dignité humaine.

Alors, que faire ? Se plaindre auprès de la Mairie ne permettra que de déplacer le problème un peu plus loin et ne résoudra en rien les problèmes de fond qui sont ceux de la misère économique.

Le « plus vieux métier du monde » n’est sans doute pas prêt de disparaître et nos trottoirs seront encore occupés, ici et là, dans les mois et années à venir.

L’autre soir, en rentrant un peu tard, je mets la clef dans la serrure et machinalement me retourne  vers la rue. Je croise son regard …Elle est très jeune.

Cauderes n° 19 est parvenu jusqu’à vous grâce à  notre équipe :

Cathy, Cécile, Dominique, Evelyne, Françoise, Gaëlle, Maxime et Roselyne, sans compter les absents de la photo, Jean-Louis, Jean-Michel et Michelle. Merci à Pascale pour l’aide technique.

PETIT JEU gratuit

Vous faites vos courses barrière de Toulouse… placez-vous sur le trottoir face au Mac Do, votre baguette croustillante et un journal sous le bras… et regardez votre montre : comptez …cinq minutes, top chrono : observez les voitures qui quittent le  drive… parmi  celles-ci , comptez celles qui faisant fi du code de la route effectuent, un élégant petit demi-tour en direction de Villenave d’Ornon en contournant le haricot. Ce sera environ une sur trois….étonnant, non ? Et si vous êtes gâté vous aurez droit à une voiture ou un camion qui repartant vers Villenave d’Ornon sort du drive en prenant directement la voie de gauche, sans même tourner autour du fameux haricot ! N’est-ce pas qu’il y aurait comme un défaut ?

Et pourtant on nous avait bien affirmé que le plan de déplacement urbain avait soigneusement été pris en compte et que le service de la circulation de la CUB était, en particulier au niveau des barrières, « très, très, très strict », dixit Monsieur Duchène , Adjoint au Maire de Bordeaux.

Est-ce à dire que les consommateurs (motorisés) de hamburgers sont plus enclins que d’autres à enfreindre le code de la route ???

Pas du tout ; c’est juste que comme nous l’avions prévu l’aménagement de la voirie est en cet endroit un véritable pousse-au-crime ou du moins, un pousse a délit… et voilà ; c’est parfois navrant d’avoir raison.                    Cassandre Cauderes

Rendez-vous à l’Utopia

Le 24 septembre précipitez-vous  tous au cinéma  l’Utopia pour voir le très instructif  documentaire qu’a tourné  Frédéric Chignac , réalisateur et résident du quartier de la Barrière de Toulouse . Cette projection sera suivie d’un débat entre politiques et  associatifs sur la » parole habitante ». Il a accompagné pas à pas, caméra à l’épaule, l’Association Cauderes dans son combat contre l’implantation  du Mac Do en interrogeant tous les protagonistes de  cette affaire qui nous aura occupés près de 5 ans. Il y sera question de démocratie participative, de vie associative, de bureaucratie affligeante.

Vous y rencontrerez différents  personnages de la vraie vie faisant montre de courage,  de  naïveté, de  mauvaise foi, d’enthousiasme, de spontanéité, d’inconséquence,  de citoyenneté… le tout assaisonné de pas mal d’humour ! ! !

Venez nombreux et pensez à réserver vos places à l’avance !

la barriere de toulouse fait la fete le 14 juin

La rue de Cauderes  (entre la rue Freycinet et la rue de Taregua)  accueillera la fête de notre quartier le dimanche 14 juin de 14H à 21H. Que vous soyez Bordelais ou Talençais,  venez faire connaissance avec vos nouveaux voisins, les anciens du quartier, les parents des copains de vos enfants… et partager avec eux un moment festif autour des stands, d’expos, de la buvette sans oublier notre apéro musical.

Participez à notre trocante pour enfin vendre, échanger ou donner  tout ce bric à brac dont vous ne savez plus que faire mais qui pourrait faire des heureux.

Les enfants auront leur stand spécialement réservé où ils échangeront ou vendront jouets, billes, cartes, bricoles et BD !

Pour les ados ce sera plutôt des DVD, CD ou T shirts ! ! Et ils auront leur stand !

 Mais attention, réservez dès maintenant votre stand  à cauderes@free.fr au 05 56 84 12 04 / 06 30 62 16 37 (priorité aux habitants du quartier et interdit aux professionnels)

Des artistes de rue et des artisans d’art de notre quartier dont vous ne connaissez peut-être que la vitrine viendront exposer, faire des animations, des démonstrations, répondre à toutes vos questions, proposer leurs œuvres à la vente !

Une buvette sera à disposition avec boissons et friandises faites maison !

Des photographes d’art  amateurs auront le plaisir de vous présenter leur travail !

Des stands et des animations autour du développement durable vous seront proposés…des associations locales viendront à votre rencontre…

Et vers 19 h , pour terminer cette journée en beauté,  retrouvons-nous tous en musique autour d’un verre avec le groupe Reggae Acoustique Brin d’air

(http ://www.myspace.com/brindair)

 Et pour que la fête soit réussie, si vous en avez le temps et l’envie, venez prêter vos bras ! Apportez vos gâteaux ! Nous apprécions l’aide, avant, après et pendant selon votre disponibilité ! Et ça permet de faire connaissance !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :