Appel à projet ANR : Changements Environnementaux Planétaires

agence-nationale-recherche.fr, appel à projet, mai 2009

Appel à projet ANR : Changements Environnementaux Planétaires (CEP)

Les changements environnementaux sont désormais perceptibles à l’échelle de la planète, d’où le terme « changements environnementaux planétaires » ou « changement global ». Un des enjeux majeurs de la recherche consiste à faire émerger une approche systémique, profondément multi- et trans-disciplinaire sur ce domaine, à l’interface des sciences humaines et sociales, des sciences de la vie et de la matière.

L’objectif de ce nouveau  programme est d’accélérer les recherches françaises ayant une approche intégrée de ces processus se développant à l’échelle de la planète mais générant des impacts d’ordres régionaux. Le programme visera à faire émerger des projets portant sur l’impact, la mitigation et/ou l’adaptation aux changements environnementaux planétaires.

Le programme est structuré en six axes :

Axe thématique 1 : Vulnérabilité et Adaptation des sociétés aux CEP

Axe thématique 2 : Aménagement des Territoires et Occupation Des Sols  dans le contexte des CEP

Axe thématique 3 : Rôle de la biodiversité sur le fonctionnement des écosystèmes dans le contexte des CEP

Axe thématique 4 : Ressources naturelles et sécurité alimentaire dans le contexte de CEP

Axe thématique 5 : Changements environnementaux planétaires et effets sur la santé

Axe thématique Transverse 6 : Outils et méthodes pour la science du système Terre

Date limite de soumission des dossiers Lire la suite

LaRevueDurable : Convergences de l’économie solidaire et de l’écologie

larevuedurable.com, communiqué, le 7 mai 2009

Notre numéro 33 consacré à l’économie solidaire vient de paraître !

Agenda des manifestations amies de LaRevueDurable – Suisse et France – mai et juin 2009

Le numéro 33 de LaRevueDurable consacré aux convergences de l’économie solidaire et de l’écologie vient tout juste de paraître !

Ce document exceptionnel explore les convergences entre économie solidaire et durabilité au travers d’une cinquantaine d’initiatives, en France et en Suisse, qui concernent l’agriculture, l’énergie, l’habitat, la mobilité et le commerce de proximité. Un dossier à ne pas rater ! Ci-joint la couverture, le sommaire général et le sommaire du dossier.

Si vous voulez vous procurer ce numéro, consultez notre site www.larevuedurable.com, rubrique « où nous trouver » pour localiser le point de vente le plus proche de chez vous, ou bien commandez-le sur notre site.

La RevueDurable est partenaire du week-end solidaire APRES VAUD à Pully (Vaud, Suisse)
Les 8 et 9 mai 2009, deux journées de rencontres et d’ateliers sur l’économie sociale et solidaire au Centre verte rive, à Pully, marqueront le lancement officiel de l’Association pour la promotion de l’économie sociale et solidaire Vaud (Après-Vaud). LaRevueDurable y aura un stand. APRES Vaud

Festival du développement durable, Genève, Suisse

La traditionnelle Fête du développement durable de Genève sur la plaine de Plainpalais n’est plus. Vive le Festival du développement durable ! Du 3 au 7 juin 2009, une multitude d’événements se répartiront sur l’ensemble du canton. Festival du Développement Durable

La Revue Durable fêtera la Terre et la musique à Lausanne, Suisse

Comme chaque année, LaRevueDurable sera présente au Festival de la Terre. Cela se passe du 15 au 21 juin à Lausanne. Festival de la Terre

Solar Event – Le Bourget, France

Solar Event est une manifestation internationale sur l’énergie solaire, programmée du 26 au 28 juin 2009, au bord du lac du Bourget, entre Chambéry et Aix-les-Bains. Ce rendez-vous Lire la suite

Bègles : Sur la piste de l’Agenda 21

sud-ouest.com, Gilles Guitton, le 7 Mai 2009

BÈGLES, PLAN CLIMAT ÉNERGIE. Seulement 250 Béglais ont répondu au questionnaire de la ville. Quelques pistes se dessinent malgré tout

Sur la piste de l’Agenda 21

La concertation des Béglais sur l’Agenda 21 et le plan climat énergie de la ville de Bègles, ouverte lors de la semaine du développement durable, se poursuivait hier soir dans le restaurant de l’ancienne friche Esso-rep, cours Victor-Hugo.

Il s’agissait cette fois de présenter à la soixantaine de citoyens présents (apparemment, c’est la dimension du noyau dur de ces débats), la synthèse des réponses des Béglais au questionnaire lancé alors, et des ateliers qui avaient ouvert la discussion le 8 avril.

Noël Mamère a pris le temps de parler global avant de penser local : « Nous sommes dans un siècle où les perspectives de catastrophes viennent du côté de la fracture entre le nord et le sud, et du changement climatique. Ce ne sont pas les riches qui paient d’abord le prix de ces catastrophes. Si nous ne voulons pas que les pays pauvres s’écroulent sous le poids des injustices, il faut se battre à Bègles aussi bien qu’à Stockholm ou Rawalpindi. »

Encore à faire

L’enquête portant sur Bègles et non sur la capitale du Penjab, ses résultats révèlent des questionnements assez quotidiens. « La synthèse présente les enjeux qui découlaient de l’enquête et des ateliers, mais rien n’est clos » a d’ailleurs souligné Clément Rossignol, l’élu en charge du dossier, rappelant que la concertation va se poursuivre.

Ce qui est d’autant plus prudent qu’avec 250 réponses au questionnaire, et 90 participants aux ateliers, il y a sans doute encore beaucoup à faire pour que les Béglais « s’emparent de l’agenda 21 et du plan climat », pour reprendre la formule du vice-président Vert de la CUB.

Les deux représentants des bureaux d’études chargés de cette synthèse ont donc joué du « camembert », sur écran, avec les réponses.

Preuve que l’air du temps n’inspire pas tout le monde, il s’est trouvé 6 % de sondés pour se dire « pas concernés » par l’agenda 21 et 7 % pour estimer « pas utiles » les espaces verts !

Sur le sujet de l’éclairage public, (le chantier de l’année en matière d’économie d’énergie à la mairie), l’idée de le supprimer en partie la nuit ne séduit pas ceux qui ont répondu. Mais une majorité juge Lire la suite

Van Jones rêve de convertir les Etats-Unis aux emplois verts

actu-environnement.com, Agnès Sinaï, le 6 mai 2009  

Van Jones rêve de convertir les Etats-Unis aux emplois verts

Conseiller spécial du président Obama, activiste et auteur d’un best seller sur les emplois verts, Van Jones prône la justice environnementale et la fin d’un éco-apartheid qui a permis à l’économie de prospérer sur la destruction de l’environnement.

Reportage à Richmond, en Californie – 2e volet

Quand il évoque un éco-apartheid, Van Jones sait de quoi il parle. Avant de rejoindre l’équipe du président Obama, il vivait à Oakland, une banlieue de San Francisco voisine de Richmond, ville ouvrière sévèrement polluée par une raffinerie pétrolière et affectée d’un fort taux de chômage. Van Jones s’est d’abord mobilisé localement, en créant Green for All, une association de soutien à la création d’emplois verts et sociaux. Son activisme et son charisme l’ont fait remarquer, et le voici invité par le président Barack Obama en personne comme conseiller à la présidence. Son succès auprès du public américain, sa capacité à remuer les consciences le classe parmi les personnalités les plus en vue aux Etats-Unis, héros de l’environnement par le magazine Time en 2008. Dans son livre à succès, The Green Collar Economy1 (L’économie des cols verts), Jones annonce la fin de l’âge du carbone, et le début de l’ère de l’énergie solaire. Il déduit sa lecture de l’histoire d’une série d’événements : la crise financière liée au surendettement de la société américaine et à la surconsommation l’ont fait réfléchir. Ce qui se passe est énorme, confie-t-il au magazine Oakland, cette horrible panne, où le prix des maisons chute, où l’endettement par cartes de crédit explose, c’est terrible. Mais cette panne va être aussi une opportunité. Nous allons devoir cesser d’édifier l’économie sur la destruction environnementale, et nous allons nous orienter vers la restauration de l’environnement comme un moyen de faire avancer l’économie. Et, comme le répète Jones, l’économie des cols verts devra être inclusive, elle devra impliquer les plus pauvres des pauvres, les minorités et les nouveaux chômeurs comme des forces vives capables de relancer la prospérité américaine.

Noirs, Blancs et… verts

A voir l’énergie qu’il déploie, on a peine à imaginer que Van Jones ait pu être confronté à des réticences à l’époque où il démarchait pour trouver un éditeur qui accepte de publier son livre. A San Francisco, lors de sa première signature, le livre ayant été finalement publié par HarperCollins, il confiait à son auditoire les réactions qu’il avait rencontrées : les Noirs n’achètent pas des livres verts, et les Blancs n’achètent pas des livres de Noirs. Ces éditeurs regrettent sans doute leurs propos hâtifs. Van Jones parcourt le pays de long en large et s’adresse à toutes les catégories de la population, des Slow Food aux congrégations religieuses. A Oakland, il a co-fondé le Centre Ella Baker pour les droits humains, qui a servi à faire passer deux dispositifs dans la législation de Californie à l’origine de la création d’un conseil pour les emplois verts et de programmes de formation aux technologies vertes.
Jones dirige aussi Green for All, qui, alliée à d’autres associations, a donné lieu à la loi pour les emplois verts et les infrastructures, Lire la suite

Enquêtes publiques : vers un relèvement du seuil de déclenchement

journaldelenvironnement.net, Victor Roux-Goeken, le 06 mai 2009

Enquêtes publiques : vers un relèvement du seuil de déclenchement

Le gouvernement veut relever le seuil financier de déclenchement des enquêtes publiques pour les projets ayant un impact sur l’environnement. Au détriment de l’information et de la participation du public, que le projet de loi «Grenelle I» prévoit pourtant d’améliorer. Et sur lesquelles la France fait l’objet d’un contentieux avec la Commission européenne.

Il est loin, le temps de la concertation à 5 dans «l’esprit du Grenelle». A l’occasion d’un point d’étape du plan de relance mardi 5 mai, le ministre chargé de sa mise en œuvre, Patrick Devedjian, a annoncé qu’il venait de «proposer à la consultation interministérielle un texte relevant les seuils de déclenchement obligatoire des enquêtes dites Bouchardeau». Le ministre s’y était engagé en janvier dernier lors des débats parlementaires sur le plan de relance. Le but est d’accélérer les travaux programmés par le plan de relance.

Les enquêtes publiques dites «Bouchardeau» sont imposées par la loi de 1983 relative à la démocratisation des enquêtes publiques et à la protection de l’environnement (1), qui porte le nom de l’ancienne ministre de l’environnement. Environ 15.000 enquêtes publiques sont organisées chaque année, dont 90% dites Bouchardeau. Elles concernent les projets qui peuvent avoir un impact important sur l’environnement comme les documents d’urbanisme (50%), les installations classées (20%), ou les projets liés à l’eau et à l’assainissement (20%) (2).
Selon le quotidien les Echos, le projet de texte –vraisemblablement un décret– prévoit de relever l’ensemble des seuils financiers déclenchant l’enquête publique en fonction de l’inflation. Le code de l’environnement (3) définit différents seuils et différents moyens de quantifier ces seuils, par type de travaux, pour déclencher une enquête publique. Ils sont exprimables en nombre de personnes, en longueur, en surface… Lorsque ce seuil est un montant financier, il atteint généralement 1,9 million d’euros. Le projet de texte relèverait donc le seuil de déclenchement des enquêtes publiques pour des travaux d’un coût d’environ 4 millions d’euros.

En relevant ce seuil, la France se tire plusieurs balles dans le pied. Non seulement, elle va à l’encontre de la convention d’Aarhus sur l’accès à l’information et à la justice en matière d’environnement. La France fait partie des 11 Etats membres faisant l’objet d’un contentieux avec la Commission européenne à propos de la directive prévoyant la participation du public, en application de la convention (4). En cause: l’application de seuils en deçà desquels il n’y a pas d’étude d’impact, d’où une moindre participation du public.

Ensuite, le projet de loi Grenelle I, Lire la suite