Clim’city sort le grand jeu

sud-ouest.com, Jean-Marie Vasquez,  le 5 Mai 2009

CLIMAT. L’organisme aquitain de vulgarisation scientifique Cap Sciences fait un tabac avec un jeu en ligne où chacun s’efforce de faire baisser le niveau des gaz à effet de serre

Clim’city sort le grand jeu

Plus fort que les Sims et leur succès planétaire ? Pas tout à fait mais pas loin. Clim’city, le jeu inventé par Cap Sciences, se taille un étonnant succès qui déborde largement les frontières. Au point qu’Américains, Espagnols, Roumains, Polonais et Grecs en attendent des versions nationales. Les pays anglophones seront servis les premiers avec une transcription anglaise en ligne dès le mois de mai, ce qui va à coup sûr booster le jeu dont la seule version francophone en est à près de 180 000 visites depuis le début de l’année et 500 000 référencements sur Google. « Le jeu génère aussi une centaine de blogs et de forums sur Internet et c’est grâce à ce « bouche-à-oreille » en ligne qu’il fait boule de neige », s’enthousiasme Éric Gorman, concepteur du projet à Cap Sciences.

Pas de catastrophisme

Clim’city s’inscrit dans le droit-fil des animations de Cap Sciences visant à sensibiliser le public des adolescents aux causes et aux conséquences du réchauffement climatique.

« Le message de l’exposition virtuelle et du jeu, c’est de bien faire comprendre aux jeunes que tous les acteurs de la société et tous les secteurs d’activité sont impliqués dans le changement climatique, souligne Éric Gorman. On voulait une animation interactive et réaliste mais sans verser pour autant dans le catastrophisme. Au contraire ! Le but du jeu, c’est aussi de montrer qu’il y a des leviers d’action pour changer de comportement et qu’il ne tient qu’à chacun d’entre nous de les actionner. C’est sans doute là que se situe la raison du succès, dans le fait qu’il entre en résonance avec une des préoccupations fortes des jeunes. Ce n’est pas un hasard si les « green games », les jeux liés à l’environnement, sont aujourd’hui très tendance. »

La trame de l’exposition offre un panorama exhaustif de tout ce qui lie le changement climatique aux activités humaines. À partir de nos objets familiers (maison, voiture, usine, centrale énergétique…), le visiteur se promène à la campagne, à la ville, en montagne, en bord de mer, et prend la mesure, dans chaque situation, de ce que génèrent ces activités en termes d’émissions de gaz à effet de serre.

L’exposition lui permet de comprendre comment et pourquoi le réchauffement de la planète s’accélère, ce que sera vraisemblablement le climat dans un siècle, et comment l’Homme devra et pourra s’adapter à cette nouvelle donne climatique.

Le jeu, lui, permet de mettre en application tout ce que le visiteur a pu apprendre pour infléchir l’émission de gaz à effet de serre. Dans un environnement identique à celui qu’il a découvert dans l’exposition, il doit le faire évoluer sur 50 ans au moyen d’un panel de 250 actions.

Au joueur de l’utiliser judicieusement en étant pouvoirs publics, citoyen ou entreprise, selon son envie. C’est à partir de ces actions qu’il construit son plan Climat pour la ville imaginaire de Clim’city.

Deux ans de travail

L’exposition et le jeu ont demandé deux ans de travail à leurs concepteurs. « L’expo renvoie à plus de 300 documents d’appui tels que textes, vidéos, interviews, schémas, graphiques, animations… qui viennent enrichir le contenu pédagogique. Nous avons aussi recherché un graphisme le plus proche possible de la réalité. Tout ça a représenté un énorme boulot de programmation informatique, mais c’est super de voir qu’aujourd’hui, tous ces efforts sont payants », se félicite Benoît Santa Maria, gérant de la petite société Objectif Prod, à laquelle Cap Sciences a sous-traité toute la partie ergonomique.

Considéré par des scientifiques de renom comme un outil pédagogique de référence sur la sensibilisation au changement climatique et au développement durable, Clim’city est plébiscité par plusieurs instances internationales.

Concours mondial

Dans le cadre d’un partenariat avec l’Association des centres technologiques, qui fédère 400 musées scientifiques de la planète, le jeu aquitain va donner lieu à un concours mondial au mois de décembre, en parallèle de la prochaine conférence sur le climat à Copenhague. Il vient aussi d’être intégré dans la mallette pédagogique de l’International Action on Global Warming. Cap Sciences a également été sollicité par la Banque mondiale pour présenter son jeu dans le cadre d’un symposium sur le développement durable, et il sera une des attractions d’une préconférence sur les jeunes et l’environnement (COP 15) au mois d’août au Danemark.

climcity.cap-sciences.net

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :