Débat Utopia le 30 mars : Il y a de l’or dans nos poubelles

Aquitaine Alternatives, Communiqué, le 28 mars 2009

Lundi 30 MARS à 20h30 cinéma UTOPIA  (Place Camille Jullian à Bordeaux)

SOIRÉE-DÉBAT : Il y a de l’or dans nos poubelles

Organisée par l’Association Recup’R.

PROJECTION UNIQUE du film documentaire suivie d’un débat avec Dominique Nicolas, Président de l’Association Aquitaine Alternatives, Geoffroy Estingoy, du Tri-cycle Enchanté, et les membres de l’association Recup’R.

TOPTarif unique : 4€

Achetez vos places à l’avance, à partir du Samedi 21 Mars.

LE JARDIN ENCOMBRÉ

Laetitia COUDERC – France 2006 52mn –

Du 30/03/09 au 30/03/09

Le 20ème siècle a vu se développer le règne des objets jetables : rasoirs, stylos, bouteilles, sacs… Finis les consignes, les chaussettes rapiécées et les objets de la maison qui servaient sur plusieurs générations. Tout devient simple et tout achat se doit d’être consommé rapidement. Avec l’avènement de la société de consommation, ce principe s’est étendu à l’ensemble des objets utilisés dans notre quotidien. À peine achetés, ils sont déjà dépassés : téléphone portable, télévision, ordinateur… C’est ainsi qu’une part importante de ces matériels finissent directement en déchetterie, quand ce n’est pas tout simplement à la poubelle, alors que la plupart sont réparables et pourrait encore servir. Nous produisons aujourd’hui près de 2 kg de déchets par jour et par habitant, soit deux fois plus qu’il y a trente ans, sans compter ceux des diverses activités industrielles, agricoles… Chaque jour les questions environnementales s’imposent davantage. C’est ainsi qu’un droit de l’environnement s’apprête à naître (au même titre que les droits de l’homme de 1789).
Alors pourquoi jeter ou recycler ce qui pourrait être tout simplement remis en état et remis en circulation ? Lire la suite

L’archevêque écolo veut sauver les hautes terres andines

Le Monde, Paulo A. Paranagua, le 27 mars 2009

L’archevêque de l’écologie, Pedro Barreto, veut sauver les hautes terres andines

Ses ouailles l’appellent le « pasteur de l’écologie ». Pedro Barreto Jimeno est l’archevêque de Huancayo, une ville de 340 000 habitants, perchée à 3 200 mètres d’altitude sur les Andes péruviennes. Il est à la tête d’un forum de dialogue environnemental qui regroupe une soixantaine d’institutions et d’acteurs de la société civile de la région. Leur but est de trouver « une solution intégrale et durable » à la pollution provoquée par la compagnie minière Doe Run Peru, appartenant à une holding américaine.

« Lorsque je suis allé voir la cheminée de la Doe Run à Saint-Louis, dans l’Etat du Missouri, j’ai cru qu’elle était hors service, parce qu’elle ne dégageait pas de fumée, confie Mgr Barreto, de passage à Paris. En revanche, la fonderie péruvienne, installée dans les années 1920, possède une technologie du XIXe siècle qui était déjà obsolète à l’époque. »

A l’origine, la fonderie appartenait à la Cerro de Pasco Mining Company, une puissante multinationale. Dans les années 1970, elle a été nationalisée, avant d’être privatisée à nouveau, sans être jamais vraiment modernisée.

La Doe Run Peru travaille avec des minerais « sales » importés d’autres pays sud-américains et même d’Asie. Résultat : l’air et l’eau de la vallée du fleuve Mantaro sont pollués. Les enfants du district de La Oroya sont contaminés par le plomb et l’arsenic. En 2006, l’Institut Blacksmith a placé La Oroya parmi les cinq localités les plus polluées au monde.

« L’affaire est emblématique de l’irresponsabilité de l’entreprise, de l’Etat et de la société civile« , assure l’archevêque. La Doe Run Peru a fait 150 millions de dollars (110,6 millions d’euros) de bénéfices, tout en respectant des exigences légales manifestement insuffisantes. Les paysans ont aussi contribué à polluer le fleuve Mantaro par l’utilisation de pesticides. Et le syndicat des 3 500 employés de Doe Run Peru a longtemps fermé les yeux sur l’impact environnemental.

« LA TERRE, NOTRE MAISON »

Dans un pays où les récents conflits suscités par l’exploitation minière ont parfois pris une tournure violente, Mgr Barreto se réjouit « des méthodes pacifiques » désormais adoptées. « Nous sommes passés de la protestation à la proposition », se réjouit-t-il. Ainsi, un programme de nutrition et santé a été mis en oeuvre à destination de 1 500 enfants de La Oroya. Cette action a d’ores et déjà suscité une réduction de la contamination sanguine, et des cas d’anémie et malnutrition chronique ou aiguë. En outre, les analyses de l’air, des sols et des eaux de la région ont obtenu le financement d’un fonds italo-péruvien, affirme Mgr Barreto.

A la mi-mars, la Doe Run Peru a accusé le coup des turbulences qui affectent le cours des minerais et a Lire la suite

Les écoquartiers relancés par la Caisse des dépôts

Le Monde, Grégoire Allix, le 27 mars 2009

Les écoquartiers relancés par la Caisse des dépôts

L’initiative pourrait aider à rattraper le retard français en matière de ville durable. Alors que nombre de projets d’aménagement urbain sont paralysés par la crise économique et l’assèchement du crédit, la Caisse des dépôts et consignations (CDC) a décidé de financer un programme expérimental d’appui aux écoquartiers.

Définition. Un quartier conçu dans une démarche de développement durable doit intégrer la préservation de l’environnement, l’intégration sociale et le développement économique. Un écoquartier doit donc mêler logements et activités, veiller à la mixité sociale, à la performance énergétique des bâtiments et à la place des espaces verts, privilégier les déplacements « doux » et les transports en commun.

Sites. L’Europe du Nord reste le modèle en matière d’écoquartiers. Le plus célèbre, le quartier Vauban, aménagé entre 1996 et 2006 sur un ancien terrain militaire de 38 hectares à Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne, est visité par des délégations du monde entier. La Suède a, depuis, créé deux quartiers de référence, Hammarby Sjöstad à Stockholm (200 hectares) et Bo01 à Malmö (18 hectares), bâtis sur des friches portuaires. On peut ajouter à ces sites exemplaires le quartier de Kronsberg à Hanovre, achevé en 2000, et GWL Terrein à Amsterdam, terminé en 1998.

Chantiers. La prochaine génération d’écoquartiers est en cours de construction. Lanxmeer, dans la région d’Utrecht (Pays-Bas), compte 250 logements et 40 000 m2 de bureaux. Viikki, à Helsinki, devrait afficher 13 000 habitants et 6 000 emplois en 2010. Greenwich Millennium Village, dans la banlieue Est de Londres, attend 10 000 habitants en 2014.

Le dispositif devait être annoncé, vendredi 27 mars, par le directeur général du groupe public, Augustin de Romanet, lors d’un déplacement sur le site de La Courrouze, à Rennes. C’est l’un des quinze écoquartiers déjà retenus – dix autres devraient s’y ajouter d’ici à la fin de l’année. Pour M. de Romanet, la CDC ne pouvait ignorer plus longtemps la question : elle a inscrit la ville et le développement durable parmi les quatre priorités de son plan stratégique. Et ses missions lui commandent d’investir à long terme, au service de l’intérêt général et en soutien des collectivités territoriales.

« Les écoquartiers réunissent trois de nos spécialités : le logement, le développement durable et les mobilités, résume M. de Romanet. Il y a dans notre écosystème interne des intelligences à mettre en commun, des fertilisations croisées à opérer pour mixer nos cultures du public et du privé, du long terme et de l’opérationnel. Nous voulons, à la mesure de nos moyens, donner un élan à ces innovations. »

La Caisse va mobiliser l’ensemble de ses filiales et de ses métiers pour Lire la suite