L’Ile-de-France, paradis animal ?

planete-terra.fr, Lucile Brizais, mars 2009

L’Ile-de-France, paradis animal ?

Natureparif n’est pas un nouveau parc de loisir parisien, c’est la première agence pour la biodiversité à l’échelon régional. Créée en 2008, cette agence comporte notamment un observatoire des espèces d’Ile-de-France. Entretien avec Jean Vincent Placé, son président. Créer une agence pour la biodiversité dans la région de la capitale n’est ce pas un peu paradoxal ?

Il ne faut pas confondre l’Ile-de-France et Paris. L’Ile-de-France compte 20% de zones agglomérées, les 80% restant sont des espaces ruraux et agricoles. Si on ajoute à cela, les quatre parcs nationaux, la région est loin d’être totalement bétonnée. Il y a une forte activité de la faune et de la flore. La région a un ancrage historique concernant la protection de la nature, c’était un centre naturaliste : il y a les jardins du roi et le muséum national d’Histoire naturel à Paris. On compte également environ 600 associations de protection de la nature, des chercheurs et universitaires qui travaillent avec nous.

Quelles sont les activités de l’agence Natureparif ?

La plus importante reste l’observation de la biodiversité. Nous avons une faune très riche avec 228 espèces d’oiseaux, soit quasiment la moitié des oiseaux présents en France [1], 1 800 insectes et plus de 60 mammifères. Notre rôle est d’observer, de réunir et de mettre en relation les collectivités locales, les associations, les entreprises et les centres de recherche. Nous faisons de la communication, de la sensibilisation, par exemple, en direction des enfants ou sur des espèces spécifiques. Nous sommes aussi là pour transmettre des bonnes pratiques, notamment pour que les entreprises intègrent la protection de la biodiversité dans leurs stratégies de développement.

Quelles sont les spécificités de la région Ile de France concernant la biodiversité ?

Le point noir, c’est l’urbanisation intensive. Elle provoque la perte de milieux ou leur fragmentation. Les animaux se déplacent, cette fragmentation réduit leurs aires de répartition et coupe leurs trajectoires. C’est une véritable menace pour la faune et la flore. Nous suivons les recommandations du Grenelle en instaurant une « trame verte », soit des sortes de corridors écologiques protégés. Des espèces invasives, comme l’écureuil de Corée ou le sanglier, sont aussi des menaces pour la biodiversité. Notre région compte plus de 200 espèces menacées, un chiffre élevé, comme le milan royal ou le lapin de Garenne.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Notre but, c’est que Naturparif fasse tache d’huile. Nos ambitions dépassent les frontières de la France. Jean-Paul Huchon, le président de la région, est aussi président de Métropolis, l’association des grandes métropoles mondiales. Avec lui, nous voulons sensibiliser les responsables mondiaux sur ce sujet. Il faut que les régions mêmes urbanisées s’engagent en faveur de la protection de la biodiversité. Je rêve qu’un jour soit créé un comité international d’étude de la biodiversité, comme il en existe un pour le climat [2].

lien article sur le même thème :

Mammifères français sur liste rouge Mammifères français sur liste rouge

Notes

[1] 554 espèces présentes sur le territoire français selon le CRBPO : Centre de Recherches par le Baguage des Populations d’Oiseaux

[2] le Giec : Groupement intergouvernemental d’études sur le climat

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :