Conseil européen : c’est mal parti pour Copenhague

developpementdurable.com, Yann Cohignac,  le 21 mars 2009

Conseil européen : c’est mal parti pour Copenhague

L’UE, par son jeu de poker menteur, est en train de compromettre les chances d’obtenir une solution équitable à la crise climatique

Outre discuter de la situation économique et financière, le Conseil européen de Printemps des 19 et 20 mars avait un deal : trouver le moyen de financer la lutte contre le changement climatique en vue du rendez-vous de Copenhague. Le sommet devait notamment annoncer le montant des fonds destinés aux pays en voie de développement. Marché non conclu.

Les chefs d’Etat et de gouvernement ont beaucoup débattu crise financière. Le grand problème économique et social d’aujourd’hui ! En revanche, préparer la conférence de Copenhague de décembre, dans laquelle la communauté internationale devra s’accorder sur l’après-Kyoto (2012), fut bref. Dommage : les 27 réunis à Bruxelles espéraient y trouver une façon de disputer le leadership aux Etats-Unis lors de ces négociations (Le président américain Barack Obama a en effet déclaré vouloir prendre la tête d’une « vraie coalition mondiale »).

Ils devaient également aborder le sujet de la hausse des investissements et des flux financiers en direction des pays en développement. Résultat : rien n’est décidé. Une mauvaise nouvelle pour l’implication des Etats du Sud dans COP 15. Ces derniers souhaitant s’investir dans un nouveau traité à condition d’avoir l’assurance que les pays riches s’engagent significativement à réduire leurs propres émissions de CO2 et soutiennent financièrement les pays les plus impactés par les bouleversements climatiques.

« L’Europe doit commencer à payer ses dettes climatiques »

Pour l’association Les Amis de la Terre, l’Union s’engage là dans la « politique du pire ». Et de réclamer que l’Europe assume ses responsabilités, car « les pays industrialisés ont une culpabilité historique dans les émissions de gaz à effet de serre qui causent aujourd’hui le dérèglement climatique ».

Pour Sonja Meister, chargée de campagne climat pour les Amis de la Terre Europe, « l’UE a parfois été coupable d’inaction. Aujourd’hui, cette inaction devient un blocage délibéré à la résolution de la crise climatique. L’Europe doit commencer à payer ses dettes climatiques et proposer au moins 35 milliards d’euros maintenant ».

« L’UE, par son jeu de poker menteur, est en train de compromettre les chances d’obtenir une solution équitable à la crise climatique. Si les pays industrialisés n’agissent pas maintenant, le dérèglement du climat coûtera bien plus cher que l’actuelle crise économique et menacera les vies de millions de personnes à travers le monde ! », selon Sébastien Godinot, coordinateur des campagnes aux Amis de la Terre France.

Lire aussi :

New Deal vert : 750 milliards de dollars nécessaires pour changer l’économie

Crise financière : quel avenir pour le développement durable ?

Développement durable : quoi de neuf en 2009 ?

Les experts du climat se réunissent à Copenhague pour préparer COP 15

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :