AAAS : « Scientifiques : engagez-vous ! »

bulletins-electroniques.com, 20 février 2009

Message aux scientifiques lors de la conférence annuelle de l’AAAS : « engagez-vous ! »

Du 12 au 16 février à Chicago, à l’occasion du 200è anniversaire de la naissance de Darwin, les 6 000 participants à la conférence annuelle de l’AAAS, dont le thème était : « Our planet, its origins and futures » ont pu participer à plus de 170 ateliers, sur des thèmes aussi divers que les dernières avancées en neurosciences, l’état de stress post-traumatique, l’interaction entre science, politique et religion, et naturellement, la théorie de l’évolution.

Malgré la grande diversité des thèmes abordés et de l’appartenance disciplinaire des participants, un message récurrent revenait en toile de fond : la nécessité pour les scientifiques de se faire entendre, et d’influer sur la prise de décision. En effet, la science continue d’éprouver des difficultés à se projeter dans le processus politique, et les attaques répétées sur l’enseignement de la théorie de l’évolution devant les school boards entretiennent une certaine inquiétude chez les scientifiques.

Préoccupation latente quant à la place de la science au Congrès

Plusieurs ateliers ont ainsi traité de l’interaction entre la communauté scientifique et les institutions fédérales. Autant la satisfaction était omniprésente et ouvertement affirmée, souvent par les intervenants eux-mêmes, d’avoir enfin une branche exécutive sensible aux arguments scientifiques et dans laquelle figurent de nombreux pairs (John Holdren à l’OSTP, Jane Lubchenco à la NOAA et Steve Chu au DOE en particulier), autant l’inquiétude demeure quant aux relations avec le Congrès. En effet, l’OTA (Office of Technology Assessment, équivalent de l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques) ayant disparu, il reste peu d’interlocuteurs scientifiques au Capitole.

Pour pallier à cette carence de scientifiques au congrès, les dirigeants de l’AAAS ont invité les chercheurs, quel que soit leur domaine d’expertise, à aller rencontrer leur « congressman » pour leur rappeler à quel point la prise en compte de l’expertise scientifique est essentielle dans leurs fonctions. Et ce d’autant plus qu’aujourd’hui pratiquement tous les choix de société revêtent, au moins partiellement, un caractère scientifique ou technologique, comme le rappelait un ancien responsable de l’OTA.

Appel à un engagement massif

Un vibrant appel à l’engagement politique de la communauté scientifique a également été lancé par nul autre qu’Al Gore. L’ancien Vice Président et Prix Nobel de la Paix s’est en effet adressé en scéance plénière à un auditoire galvanisé. Après une présentation actualisée de sa démonstration du changement climatique et de ses impacts potentiellement dramatiques, Al Gore est passé dans un registre beaucoup plus personnel pour demander l’aide de la communauté scientifique dans son combat.

« Je demande votre aide. Je crois, au fond de mon coeur, que nous avons la capacité à faire de cette génération une de ces générations qui changent le cours de l’humanité. L’enjeu n’a jamais été aussi élevé. Nous avons la connaissance, nous avons la technologie émergente, nous avons un nouveau leadership, nous avons des ministres (« cabinet members ») et des conseillers scientifiques qui sont issus de vos rangs, qui sont vos collègues » a martelé M. Gore.
Puis il a conclu, de manière très solennelle: « si je le pouvais, je vous motiverai à quitter cette ville après notre réunion et à commencer à vous engager en politique. Gardez votre « day job » (rires), mais commencez à vous impliquer dans ce débat historique. Nous avons besoin de vous. »
Disponibilité requise pour les médias

L’engagement dans la sphère publique porte aussi sur le grand public. Lire la suite

CNRS : dossier « biodiversité »

cnrs.fr, février 2009

Parler de la vie et de sa diversité revient à parler de tout ce qui existe sur la planète Terre…

Car le mot biodiversité ne recouvre pas la seule description des espèces, mais également les liens existant entre elles, entre ces espèces et leurs milieux, et cela à toutes les échelles du temps et de l’espace.

Ce dossier « Biodiversité » souhaite donc aider à la perception du fait que tout est interdépendant sur Terre et qu’en conséquence, l’espèce humaine –si nombreuse et si active– a un impact majeur sur ce Vivant dont elle dépend et dont elle fait partie.

Face à cette complexité du Vivant, impossible à décrire simplement, ce dossier a opté pour une double démarche :

– donner les informations scientifiques de base

– établir des « parcours scientifiques » au sein de cette complexité : ces itinéraires qui prennent chacun pour fil d’Ariane un mot-clé tel que santé, sol, alimentation, climat, ville, sont évidemment amenés à se croiser.

Le souhait est que tout visiteur perçoive encore mieux :

– qu’il est de l’intérêt bien compris de l’espèce humaine de sauvegarder le tissu vivant dont elle fait si intimement partie

– que l’être humain qui se pose tant de questions sur sa vie doit encore s’élever en prenant en considération toute vie.

Ce dossier a reçu le label de l’Année internationale de la Planète Terre

Appel à la communauté scientifique française

Dans son contenu ce dossier est sans doute incomplet et perfectible. Il est prévu de le mettre à jour régulièrement, pendant au moins cinq ans.

Appel est lancé aux Lire la suite

Mérignac : reconduction des packs écologiques

Sud-Ouest, Olivier Delhoumeau, le 27 Février 2009

MÉRIGNAC, ÉCOLOGIE. La municipalité reconduit le dispositif des packs écologiques, en mettant l’accent sur l’aide à l’équipement de composteurs. Malgré le désengagement de la CUB

Le compost passe au vert

Dans le cadre des actions de l’Agenda 21, la ville met en place depuis 2007 une politique d’aide aux habitants souhaitant adopter un comportement écocitoyen. De quelle façon ? En accompagnant financièrement les foyers s’équipant d’un chauffe-eau solaire, d’un économiseur d’eau ou d’un composteur individuel.

Cette opération recevait jusqu’à présent l’appui de la CUB. Problème, la Communauté n’a pas reconduit son partenariat cette année. « On a appris la nouvelle fin 2008, sans réelle explication. Devant le contexte budgétaire tendu, les arguments financiers ont sûrement prévalu », déplore Marie Récalde, adjointe déléguée au développement durable et aux relations avec les entreprises.

Bio-seau en prime

Malgré le pas de côté de la CUB, la municipalité poursuit sur la dynamique engagée. En modifiant quelque peu les règles du jeu. « On stoppe le soutien aux récupérateurs d’eaux pluviales pour mettre l’accent sur le compostage. On veut inciter les gens à faire davantage de compost avec la fraction fermentescible des ordures ménagères (les épluchures de légumes) et les déchets de jardin », explique Patrick Madec, chargé de mission Agenda 21. La finalité étant aussi de réduire la pression sur la collecte des déchets verts, en favorisant la production et l’utilisation d’engrais naturel.

Depuis le lancement de l’opération, la ville estime à 300 le nombre de foyers aidés pour l’achat de composteurs. L’objectif pour 2009 est d’accompagner 260 foyers de plus. Sachant, selon les chiffres, qu’un bon usage du composteur permet de retirer environ 30 % des déchets des particuliers des circuits traditionnels de collecte.

Comme les années précédentes, la procédure consiste, après prise de contact avec les services municipaux, à signer une convention avec la mairie. Sur présentation d’une facture d’achat, d’un justificatif de domicile, d’un RIB et d’une pièce d’identité, la ville s’engage à subventionner 260 composteurs individuels labellisés NF, à hauteur de 30 euros.

Chaque bénéficiaire recevra en prime un « bio-seau » de Lire la suite