Agenda 21 de Talence, 55 actions, 3 ans : ça c’est durable !

Sud-Ouest,  Patrick Faure, le 20 Janvier 2009

TALENCE, ENVIRONNEMENT. La municipalité va présenter son Agenda 21

55 actions, trois ans : ça c’est durable !

Demain à 20 heures, salle François-Mauriac, la population talençaise est invitée par la municipalité à une réunion de présentation de son projet d’Agenda 21 pour les trois années à venir.

« Nous avons entrepris la démarche de réflexion après une délibération prise voilà trois ans », explique le maire Alain Cazabonne. « L’objectif était celui d’une très large concertation, que nous avons réalisée grâce à la mise en place d’une dizaine d’ateliers thématiques ouverts à tous et dont le travail a été supervisé par Yoann Bénard, notre chargé de mission développement durable. »

Parenthèse électorale

Ces travaux ont cependant été ralentis par trois élections successives (entre mars et septembre 2008), dans lesquelles la commune se retrouvait chaque fois territorialement impliquée : municipales bien sûr, mais aussi cantonales et sénatoriales.

Ce qui, durant une petite année, a obligé à une réduction de la voilure, explique en substance le maire, du fait de la réglementation limitant les actions municipales susceptibles d’être considérée comme « promotionnelles ». Pendant cette période de « publicité restreinte », le travail s’est concentré sur l’information et la formation des services municipaux, auxquels il va être demandé une application particulière au « développement durable ».

Ateliers

Cette longue parenthèse électorale terminée, les ateliers ont parachevé leurs travaux avec 55 actions définies sous trois chapitres : 15 actions pour la préservation des ressources naturelles et l’amélioration du cadre de vie ; 27 actions sous le chapitre « d’une ville écocitoyenne, qui renforce les solidarités ». Enfin, 13 actions tournées vers l’économie durable.

« Nous avons effectué une large concertation dans les ateliers car nous voulions aussi que les habitants se prennent en main et n’aient pas tout à attendre de la collectivité, » ajoute le maire. Des soirées d’information-débat avaient aussi été organisées avec projection de films documentaires.

Les quatre conseils communaux seront représentés demain soir, salle François-Mauriac, pour ce que le maire souhaite « une validation du projet engagé pour trois ans, avec bilan annuel. »

Trois chapitres

Parmi les 55 actions définies, on retrouvera sous le chapitre « ressources », la préservation et la connaissance du patrimoine naturel, la promotion d’aménagements respectueux de l’environnement, mais aussi les transports alternatifs, les économies d’eau, d’énergie et la prévention de production de déchets.

Le deuxième chapitre est le plus fourni. Sous l’angle du mieux-vivre ensemble – sachant que le développement durable vise à un développement harmonieux de l’homme dans son environnement -, on trouve ainsi la lutte contre les incivilités, l’aide à la parentalité, la santé, l’information des jeunes.

Le troisième chapitre, visant à favoriser l’économie durable, inclut le soutien au commerce de proximité et l’insertion professionnelle des personnes handicapées. « Pour le suivi, Lire la suite

Bon ap’ avec l’Amap de Mérignac

Sud-Ouest, Olivier Delhoumeau, le 20 Janvier 2009

MÉRIGNAC, ALIMENTATION. Une association pour le maintien de l’agriculture paysanne va voir le jour, samedi. Les Verts locaux attendent que des volontaires s’emparent du projet

Bon ap’ avec l’Amap

Le Vert est dans le fruit, et le projet en route. Samedi, si tout va bien, la ville de Mérignac aura son Amap (association pour le maintien de l’agriculture paysanne) comme de nombreuses autres villes de l’agglo.

Initiateur de la démarche, le groupe local des Verts organise la réunion fondatrice le samedi 24 janvier. « La relation entre l’alimentaire la santé et l’environnement est un sujet qui nous préoccupe », affirme Gérard Chausset, adjoint (Vert) à l’environnement et aux déplacements.

À ce titre, les écologistes mérignacais avaient été à l’origine d’un débat, le 2 décembre dernier, sur le thème de la relation entre certaines maladies chroniques et les pollutions environnementales. André Ciccollela, chercheur en santé environnementale et militant de la cause verte, était intervenu à cette occasion sur la question du lien entre des formes de cancer et l’utilisation de pesticides. « On a beaucoup oeuvré par ailleurs pour la mise en oeuvre d’un Plan santé à l’échelle de la ville. C’était un élément pivot de notre volonté politique au moment des élections », relate l’élu écologiste.

Formation d’un bureau

Après avoir joué le rôle de catalyseur, la section politique affirme désormais sa volonté de transmettre le bébé à la société civile. « Ce ne sera pas l’Amap des Verts. Les gens inscrits doivent se l’approprier. » La réunion de samedi fixera justement les premiers jalons, à savoir la formation du bureau associatif. Ceux qui en auront les rênes devront en déterminer l’organisation.

Rappelons à ce stade qu’une Amap se caractérise par le regroupement d’un ou plusieurs producteurs de fruits et légumes, qui vend directement au consommateur final en faisant l’impasse sur les intermédiaires classiques du commerce.

Selon le mode de fonctionnement habituel, le client verse à l’avance une somme qui lui donne droit, chaque semaine, à un panier de fruits et légumes de saison.

« Reste à trouver les personnes qui auront la disponibilité suffisante pour aller démarcher des producteurs », assure Sylvie Cassou-Schotte, adjointe à la cohésion sociale et urbaine.

Appui du Relais Amap 33

Problème, Mérignac ne compte pas actuellement de maraîcher sur ses terres. Pour assurer le circuit le plus court possible, l’Amap mérignacaise devra donc, au minimum, négocier avec les agriculteurs des communes voisines comme Bruges, Blanquefort… L’association bénéficiera néanmoins de l’appui du Relais Amap Gironde, lequel possède une base de données détaillée sur les producteurs locaux.

Tout en souhaitant passer le témoin, le groupe Vert se veut vigilant sur la qualité des produits. « On peut difficilement imposer le label bio, trop onéreux, mais les produits devront évidemment être naturels », assure Gérard Chausset.

Prix du panier étudié

Le bureau de l’association devra encore veiller à une certaine équité sociale. L’Amap devra être la plus ouverte possible aux différentes catégories sociales. Reprenant un titre paru dans la presse il y a quelque temps, « le bio, ça n’est pas que pour les bobos », Lire la suite

Kempf : Pour sauver la planète, sortez du capitalisme

cdurable.info, David Naulin, le 16 janvier 2009

Pour en savoir plus sur ce livre écoutez l’émission Terre à Terre, le magazine de l’environnement de France Culture du 10 janvier 2009. Ruth Stegassy recevait Hervé Kempf.

Dans son nouvel essai, Hervé Kempf, journaliste au Monde, montre qu’en dépit des menaces l’avenir reste ouvert et l’optimisme justifié. « Est-il possible d’aller vers la sobriété sans passer par des secousses violentes ? Pouvons-nous éviter que les gouvernements capitalistes imposent une réponse autoritaire en tentant une ’relance’ aussi dommageable écologiquement qu’inutile ? Je ne sais pas. Face aux sombres perspectives, l’heure des hommes et des femmes de cœur, capables de faire luire les lumières de l’avenir, a sonné. »

Du constat en 2007 : « Comment les riches détruisent la planète ? »…

… à la solution en 2009 : « Pour sauver la planète, sortez du capitalisme »

Du constat en 2007 : « Comment les riches détruisent la planète ? »…

« Le capitalisme est le racket légitime organisé par la classe dominante. » Al Capone, cité par Hervé Kempf.

Le précédent ouvrage d’Hervé Kempf, Comment les riches détruisent la planète, a rencontré un grand succès aussi bien en France qu’à l’étranger. Écrit en 2006, ce livre démontrait déjà ce que nous constatons aujourd’hui : l’impasse du système, incapable d’assurer à tous un juste développement comme de garantir la survie des générations futures.

dans un état de crise écologique durable et planétaire. Elle devrait se traduire par un ébranlement prochain du système économique mondial. Les amorces possibles pourraient s’allumer dans l’économie arrivant à saturation et se heurtant aux limites de la biosphère :
 – Un arrêt de la croissance de l’économie américaine, minée par ses trois déficits géants – de la balance commerciale, du budget, de l’endettement interne. Comme un toxicomane qui ne tient debout qu’à doses répétées, les Etats-Unis, drogués de surconsommation, titubent avant l’affaissement ;

 – Un fort freinage de la croissance chinoise – sachant qu’il est impossible qu’elle tienne très durablement à un rythme de croissance annuel très élevé. »

Face à ce constat, Hervé Kempf reste optimiste et veut croire à notre capacité à changer le monde.

… à la solution en 2009 : « Pour sauver la planète, sortez du capitalisme »

– Présentation par l’éditeur : « Un autre monde est possible, il est indispensable, il est à notre portée. Le capitalisme, après un règne de deux cents ans, s’est métamorphosé en entrant dans une phase mortifère : il génère tout à la fois une crise économique majeure et une crise écologique d’ampleur historique. Pour sauver la planète, il faut sortir du capitalisme, en reconstruisant une société où l’économie n’est pas reine mais outil, où la coopération l’emporte sur la compétition, où le bien commun prévaut sur le profit.

Dans un récit original, l’auteur explique comment le capitalisme a changé de régime depuis les années 1980 et a réussi à imposer son modèle individualiste de comportement, marginalisant les logiques collectives. Pour en sortir, il faut prioritairement se défaire de ce conditionnement psychique.

L’oligarchie cherche à détourner l’attention d’un public de plus en plus conscient du désastre imminent en lui faisant croire que la technologie pourrait surmonter l’obstacle. Cette illusion ne vise qu’à perpétuer le système de domination en vigueur. Comme l’illustre la démonstration ancrée dans la réalité et animée de nombreux reportages, l’avenir n’est pas dans la technologie, mais dans un nouvel agencement des relations sociales. Ce qui fera pencher la balance, c’est la force et la vitesse avec lesquelles nous saurons retrouver l’exigence de la solidarité. » Lire la suite

L’agriculture en panne sèche

liberation.fr, Sylvestre Huet, le 13 janvier 2009

L’agriculture en panne sèche

Vision. Dans quelques décennies, les prévisions climatiques indiquent que les canicules passées devraient devenir la norme dans de nombreuses régions. Une grave menace pour l’alimentation mondiale.

Les étés plus chauds que nous promettent les climatologues menacent notre sécurité alimentaire. C’est l’avertissement, brutal, lancé par David Battisti et Rosamond Naylor (University of Washington, à Seattle et Stanford University, à Palo Alto) publié par Science (1). Un avertissement qui survient après la crise des années 2006-2008, où la chute de production dans quelques régions pour raisons climatiques, la croissance rapide de la demande, «boostée» par la démographie, l’essor économique et les débouchés non alimentaires de l’agriculture ont poussé les prix internationaux à des sommets. Or, expliquent les deux scientifiques, tout ceci n’est que de la petite bière à côté du risque de «crise alimentaire perpétuelle» que le changement climatique pourrait provoquer.

Triplement du prix. Pour étayer leur propos, les deux scientifiques se sont appuyés sur l’histoire et les projections climatiques de 23 modèles différents de la synthèse du Giec (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) publiée en 2007.

Du côté du passé, ils se sont penchés sur trois cas exemplaires. D’abord, la chute de la production céréalière en URSS (Russie et Ukraine) lors de l’été caniculaire de 1972 qui avait stoppé net la tendance à la baisse du prix des grains depuis 1950 en provoquant un triplement du prix du blé en deux ans sur les marchés internationaux. Puis, la canicule de 2003 qui a frappé l’Europe de l’Ouest, avec des baisses de production drastiques (calculée par rapport à l’année précédente). Moins 36 % pour le maïs en Italie, moins 30 % en France où la récolte de blé a chuté de 21 % et celle des fruits de 25 %. Enfin, Le long épisode de sécheresse au Sahel, dans les années 70, n’a pas été choisi en raison de l’effet «température» dans cette crise – c’est la pénurie de précipitations qui a causé la rupture agricole -, mais comme exemple de région particulièrement vulnérable – population en croissance, agriculture fragile – et parce que les projections des climatologues prévoient qu’elle endure d’ici la fin du siècle des étés plus chauds qu’aujourd’hui.

Ces projections et les simulations sur ordinateurs du climat futur, soumis à un effet de serre renforcé par nos émissions de gaz du même nom, laissent peu de doute sur un point. Les températures des saisons de croissance végétale – printemps, été – des régions tropicales et subtropicales seront nettement plus élevées. Au point que la canicule de 2003 en Europe de l’Ouest – avec un écart à la moyenne climatique de plus 3,6 °C en France – deviendra… l’été moyen dès le mitan du siècle. De même en Ukraine – l’ex-grenier à blé de l’Union soviétique -, les étés les plus chauds des dernières décennies deviendront la norme à l’avenir. Autrement dit, la moitié des étés seront certes moins chauds, mais l’autre moitié le sera plus encore.

Même topo dans les régions tropicales, où les variations de températures d’une année sur l’autre sont nettement moins importantes. Les simulations climatiques montrent que dès 2050, l’été moyen sera plus chaud que le record actuel depuis 1900 dans ces régions où vivent 3 milliards d’êtres humains en croissance démographique. Dans ces conditions, avertissent les deux auteurs, il serait imprudent de compter sur de meilleurs rendements sous les plus hautes latitudes pour compenser ces pertes. Lire la suite

A vendre : pays pauvres

nouvelobs.com, Nº 2303, Doan Bui, le 23 Décembre 2008

20 millions d’hectares sur le marché

A vendre : pays pauvres

Comment nourrir son peuple quand on a trop d’habitants et trop peu de terres cultivables ? Il suffit d’aller les chercher où elles sont. C’est ainsi que la Chine, la Corée du Sud ou les Etats du Golfe se sont lancés dans une véritable course à la terre. Ce ne sont pas seulement des récoltes qu’ils achètent mais des régions entières, dans des pays qui ont déjà du mal à alimenter leur propre population. Doan Bui raconte les premiers épisodes de ce qui sera une des grandes batailles du XXIe siècle : celle de la nourriture.

Le Soudan, j’achète !», «Et moi, le Kazakhstan !» Imaginez un Monopoly où l’on n’achèterait plus des rues, mais des pays entiers. Evidemment, comme au Monopoly, les gagnants seraient ceux qui amasseraient le plus de terres, bref, les plus riches à la banque. Les perdants ? Eh bien, ce serait les fauchés, obligés de céder leur bout de terrain pour renflouer les caisses. Ce Monopoly serait un peu particulier. Il s’agirait non pas de construire des immeubles, mais d’installer des tracteurs et des machines agricoles pour produire du blé, du riz, du maïs. Bref, de la nourriture. Ce serait un jeu où les nantis, au lieu de piquer l’hôtel de la rue de la Paix au voisin ruiné, lui faucheraient ses récoltes futures. Amusant, non ? Sauf qu’il ne s’agit pas d’un jeu.

Depuis quelques mois, une gigantesque partie de Monopoly planétaire est en train de se jouer. Et les participants jouent vite. Et gros. D’un côté, des pays riches ou émergents comme la Chine, la Corée du Sud ou les pays du Golfe, qui tous s’inquiètent pour leur sécurité alimentaire. De l’autre, une cohorte de pays pauvres comme le Soudan, l’Ethiopie, l’Ouganda, l’Indonésie, Madagascar… Des pays aux caisses désespérément vides, mais à qui il reste une richesse : leurs terres, si vastes, si prometteuses. A vendre ou à louer.
La terre ! Pour elle, les pays se sont déchirés en guerres meurtrières. Pour elle, les conquistadors ont bravé les mers inconnues, décimé les populations locales afin d’y planter leur drapeau. «La ruée vers les terres n’est pas un fait nouveau. Mais c’est peut-être la première fois dans l’histoire que le phénomène est complètement mondialisé. Et que le rythme est si rapide», s’inquiète Paul Mathieu, expert de la gestion des terres à la FAO (Food Agriculture Organization). Les cris d’alarme de la FAO ont été éclipsés par le krach financier. Et pourtant la crise alimentaire risque d’empirer. Conséquence directe des émeutes de la faim du printemps, les pays importateurs nets de nourriture ont fait de la sécurité de leurs approvisionnements alimentaires leur objectif politique numéro un. Début novembre, la Corée du Sud vient de frapper un grand coup en raflant la moitié – vous avez bien lu : la moitié ! – des terres arables de Madagascar (voir encadré ci- dessus). Mais ce n’est qu’un début. On parle de millions d’hectares en Indonésie ou en Afrique. «On n’arrive même pas à avoir des chiffres exacts tellement cela change vite», se plaint Paul Mathieu. Même l’Ethiopie, où plane à nouveau le spectre des grandes famines, veut entrer dans la danse. Pas comme acheteur, mais comme vendeur. Le Premier ministre éthiopien a déclaré qu’il était «plus que désireux» de signer des accords avec les pays du Golfe. De quoi donner des sueurs froides à Jacques Diouf, le patron de la FAO, qui s’inquiète du «risque d’un néocolonialisme agraire».

Parmi les néocolons, voici les pays du Golfe. Ils ont du pétrole, des dollars. Mais pas d’eau : il y fait si chaud et si sec qu’il faut rafraîchir les quelques bêtes du cheptel avec des ventilateurs et des machines à va peur pour éviter qu elles ne meurent… Comment nourrir la population ? Lire la suite

DD et Agenda 21 de Pessac : Appel à projets

Vous êtes une association, une entreprise, un commerçant, un établissement scolaire, un particulier ou une administration de Pessac (ou travaillant sur le territoire de Pessac) et vous êtes engagés dans le développement durable ? Ce mail est fait pour vous !  

Pour la 5ème édition, la Ville de Pessac organise, avec l’association Ecosite du Bourgailh, l’association Terre d’ADELES et tous les acteurs volontaires, la Semaine du Développement Durable 2009, qui aura lieu du 1er au 7 avril sur tout le territoire national et portera sur le thème « Consommation durable ». Pour plus d’informations sur la semaine du DD : http://www.semainedudeveloppementdurable.gouv.fr

Vous avez une idée, une envie, un thème d’animations ou un besoin d’informations à nous proposer ? Dites-le nous : la Semaine du DD est faite pour vous et doit avant tout répondre à vos attentes !

Vous menez un projet d’éducation au développement durable, vous organisez une exposition, un débat ou une animation sur le Développement Durable dans votre structure… ? → Repondez-nous et inscrivez vos propositions d’actions pour qu’elles figurent dans le programme partenarial qui sera élaboré dans le cadre de la SDD 2009 (cf fiche ci-dessous).

Vous agissez pour promouvoir les modes de consommation responsables ! Vous souhaitez valoriser vos bonnes pratiques ? → Proposez-nous un stand, un film, un panneau, un spectacle…  pour le grand temps fort de valorisation des initiatives pessacaises de  développement durable qui se tiendra au Bourgailh.

Pour ce faire, je vous remercie de bien vouloir remplir et nous retourner avant le 15 janvier 2009 la fiche d’inscription ci-jointe. Une réunion de travail sera organisée d’ici fin janvier avec l’ensemble des partenaires inscrits pour élaborer ensemble un programme d’animations vivant et ludique, touchant tous les quartiers, tous les publics.

Attention : la semaine du DD à Pessac est avant tout un temps fort de mise en réseau, rencontres et valorisation des acteurs pessacais et de vos initiatives déjà menées et déjà financées ; elle est l’occasion de mutualiser nos moyens (communication, matériel et salles mises à disposition par la Ville), de mettre en pratique l’un des slogans du DD : « faire plus avec moins, faire mieux tous ensemble ! » et n’est pas un guichet de financements. Aussi, seules les actions à but non lucratif et répondant aux principes du développement durable seront retenues. La mission Agenda 21 reste à votre disposition pour tout complément d’informations. Lire la suite

CG33, Appel à projets : Développer l’habitat durable

Conseil général Gironde, le 29 décembre 2008

Appel à projets : Développer l’habitat durable    

Le Conseil Général lance un appel à projets pour la réalisation de logements à basse consommation d’énergie et à faibles charges locatives.

Dans le cadre de sa politique de développement durable et en cohérence avec ses politiques sectorielles et notamment la politique du logement, la politique de l’énergie et la politique d’aménagement du territoire départemental, le Conseil Général de la Gironde a décidé de contribuer à lancer un processus cumulatif de développement et diffusion de savoir-faire en matière d’habitats adaptés à des modes de vie cohérents avec le développement durable.
Un appel à projets a été publié dans ce cadre en juillet 2007. Il a permis la sélection d’un projet, ce qui est insuffisant eu égard aux objectifs de l’expérimentation et, explique cette relance de l’appel à projet.

L’appel à projet a été légèrement modifié en tenant compte de l’expérience du premier projet.

La relance de l’appel à projets vise à inciter à la réalisation de deux à quatre petites opérations expérimentales de deux à six logements en maisons à basse consommation d’énergie et à faibles charges locatives. Ces opérations peuvent éventuellement être intégrées dans des chantiers plus importants.

La mesure incitative consiste en une subvention destinée à compenser, totalement ou partiellement, l’investissement supplémentaire nécessaire pour réaliser ces logements et pour gérer des opérations de taille réduite.

L’appel à projets s’adresse à des maîtres d’ouvrage pour la réalisation de logements sociaux en PLUS et ou PLAI.

Les principaux critères d’évaluation seront d’abord l’économie d’énergie, puis la réalisation selon des procédés et avec des matériaux nécessitant un entretien peu coûteux et permettant la réduction des charges locatives.

Cet appel à projet est complémentaire à celui que la Région Aquitaine, avec l’appui de la Délégation régionale de l’ADEME, a lancé pour la construction de bâtiments aquitains à basse énergie.

Il s’en distingue par la localisation des logements à réaliser dans des bourgs de petites communes et par la taille des projets.

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 avril 2009.

Si vous êtes intéressé, vous pouvez télécharger : Lire la suite