AAE : Copenhague, l’influence des citoyens sera cruciale

Le Monde, propos recueillis par Gaëlle Dupont, le 26 décembre 2008

« Penser l’économie comme une filiale de l’environnement »

Jacqueline McGlade dirige l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), basée au Danemark qui évalue les politiques publiques qui ont menées en Europe. Jacqueline McGlade, scientifique de nationalité britannique, dirige l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), basée au Danemark. L’AEE étudie de façon indépendante l’état de l’environnement dans l’Union européenne (UE) et évalue les politiques publiques qui y sont menées pour le compte de la Commission, du Parlement et des Etats membres. Quelque 170 experts y travaillent.

Vous publiez, début janvier, un rapport sur les enjeux pour 2009 en matière d’environnement qui se veut beaucoup plus accessible au grand public que vos travaux habituels. Quel est l’objectif ?

L’influence des citoyens en 2009 sera cruciale. Ils doivent être informés de ce qui va se passer en décembre à Copenhague, où l’accord qui succédera au protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre sera négocié entre tous les Etats. Les citoyens entendent parler de changement climatique, mais n’ont pas une idée claire des enjeux. Notre objectif est de rendre ceux-ci plus accessibles pour redonner du pouvoir aux citoyens. L’enjeu est considérable. Nous sommes en train de nous écarter dangereusement de notre trajectoire de sécurité. Nos émissions de gaz à effet de serre croissent encore plus vite que dans les scénarios les plus pessimistes.

Les conséquences du changement climatique restent-elles encore abstraites aux yeux du grand public ?

Oui. Il faut se rendre compte que, jusqu’à présent, nous avons évolué dans un environnement climatique très stable. Une baisse d’un demi-degré en moyenne a suffi pour nous faire entrer dans le petit âge glaciaire. Chaque degré compte. Notre objectif est de stabiliser la hausse des températures à deux degrés supplémentaires. C’est une cible extrêmement ambitieuse, et même avec deux degrés de plus, nous ne vivrons pas de la même manière, y compris en Europe. L’eau ne sera plus autant disponible. L’agriculture ne pourra pas être la même. L’industrie touristique devra évoluer. Mais la lutte contre le changement climatique recèle aussi d’importantes opportunités. Par exemple, les mesures de réduction des émissions en Europe nous permettront d’économiser 8,5 milliards d’euros par an dans la lutte contre les polluants atmosphériques. Les économies pour les services de santé en Europe pourraient atteindre 45 milliards d’euros par an.

La lutte contre le changement climatique ne risque-t-elle pas de passer au second plan au moment où les conditions de vie du plus grand nombre sont menacées par la crise économique ?

Il faut utiliser ce moment pour restructurer l’économie, repenser les fondamentaux. Nous ne devons pas reconstituer le modèle économique précédent. Le « New Green Deal » dont parle Barack Obama, qui doit déboucher sur la création de nombreux emplois « verts », ne fonctionnera pas si l’on se contente de remplacer des voitures à essence par des voitures qui roulent aux carburants renouvelables, par exemple. L’économie doit être pensée comme une filiale à 100% de l’environnement, et le prix que nous donnons aux choses réévalué. Si nous prenions en compte le coût véritable de l’eau et des carburants nécessaires à la fabrication et au transport des biens, nous constaterions que les déplacer autour du monde et même en Europe, comme nous le faisons, coûte très cher.

L’accord récemment conclu par l’UE pour réduire ses émissions de CO2 de 20% d’ici à 2020 a été salué comme une première historique mais aussi critiqué par les organisations non gouvernementales (ONG). Qu’en pensez-vous ?

Les politiques ont effectué un pas en avant extrêmement audacieux. Les ONG peuvent avoir raison de dire que l’accord est tellement compliqué que personne ne sera capable de vérifier son application. Mais il fixe des objectifs si agressifs, si ambitieux qu’il nous force dès maintenant à penser différemment. Le « business as usual » ne suffira pas pour les atteindre. A travers la mise aux enchères des quotas des CO2, un prix sera mis sur les émissions polluantes. C’est un début, mais cela ne sera pas suffisant. S’ils veulent atteindre les cibles, les pays vont devoir mettre sur pied des politiques très volontaristes, très vite.

Pensez-vous que la communauté internationale peut aboutir à un accord satisfaisant à Copenhague ?

Cela dépendra de la pression de l’opinion publique mondiale. Certains signes sont encourageants comme, bien sûr, l’arrivée de l’équipe Obama à la Maison Blanche et l’émergence de nouveaux Etats ou groupes d’Etats qui veulent prendre part à la lutte contre le réchauffement climatique. L’un des grands enjeux de la négociation sera la question du financement et le fonctionnement du fonds d’adaptation [abondé par les pays riches, son objectif est de financer des actions dans les pays confrontés aux conséquences du réchauffement].

Nous devrons prendre garde à ce que ce fonds serve bien à ralentir le changement climatique, et à s’y adapter. Nous allons être accusés de néocolonialisme en voulant contrôler l’utilisation qui est faite de cet argent, mais un accès direct des pays en développement au fonds ne vaut pas chèque en blanc. Il faudrait peut-être appliquer le schéma qui prévaut dans l’industrie nucléaire, où il existe des possibilités d’inspection par toutes les parties.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :