Blasimon : Un îlot de céréales bio au milieu des vignes

Sud-Ouest, Olivier Escots, le 23 décembre 2008

BLASIMON. Depuis 1985, Éric et Marie-Lise Berjon produisent des huiles et farines biologiques

Un îlot de céréales bio au milieu des vignes

L’exploitation d’Éric et Marie-Lise Berjon s’apparente à un îlot céréalier en plein vignoble de l’Entre-deux-Mers. Mais le couple de producteurs serait plutôt du genre à revendiquer le statut de naufragés volontaires. Installés depuis une trentaine d’années, les Berjon prouvent que dans ce secteur il est possible de vivre d’autre chose que de la vigne. En production biologique depuis 1985, ils ont également démontré l’existence de débouchés pour leurs farines et huiles bio.

« Pas des babas cool »

Originaire du Nord Blayais, Éric avait de qui tenir puisque sa famille avait déjà développé une démarche bio dans la viticulture. Avec Marie-Lise, venue de Charente-Maritime, ils ont décidé de s’installer à Blasimon en 1978, avec, très vite, la volonté « de développer une production biologique pour tous ».

« Nous mangeons ce que nous produisons. Nous avons avant tout le souci de la qualité de l’alimentation », explique Marie-Lise. « Attention, nous sommes des agriculteurs, nous n’avons jamais été des babas cool », précise son mari. « Nous avons appris sur le tas, nous avons parfois commis des erreurs, mais nous avons toujours eu le même état d’esprit, celui d’une agriculture propre. »

Des 65 hectares des débuts, la superficie de l’exploitation de Blasimon s’étend désormais sur 110 hectares. « Auxquels il faut ajouter 13 hectares de bois, qui servent de barrière naturelle », précise Éric. Blé, épeautre (grand et petit), seigle, avoine, orge, lentilles vertes, tournesol, colza et soja poussent sur les terres de l’Entre-deux-Mers, selon le principe de la rotation des cultures.

Marché de proximité

Le couple produit ses propres huiles et farines, avec une presse à vis tournant à 10 litres par heure et des moulins Astrié permettant un rythme horaire de 30 kg. « Nous avons énormément de plaisir et de satisfaction à assumer l’ensemble du processus de production », observent les exploitants, dont les derniers investissements ont été en partie subventionnés par le Conseil général.

Les huiles et farines s’écoulent sur un marché de proximité, dans un rayon de 150 kilomètres autour de Blasimon. Le réseau des bio-coop est principalement sollicité. Les Berjon ont également développé des relations avec des éleveurs de la région, à qui ils fournissent du son ou des tourteaux de tournesol et de soja.

20 % du chiffre d’affaires de l’exploitation vient de la vente directe aux particuliers. « Nous avons une clientèle adorable, avec des gens très conciliants, très gentils », savoure Marie-Lise. Des clients plutôt du genre à apprécier un brin d’herbe traînant dans les grains de blé, signe d’une agriculture propre.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :