UTOPIA le 2 déc : Crise financière, économique et médias

Rencontres politique et médias à l’Utopia, salle de la cheminée

Mardi 2 Décembre 2008 à 19h30

Toujours à partir d’une lecture et d’une analyse des médias en général, de la presse écrite en particulier : Le Monde, Libération, Le Figaro, La Croix, Les Échos, l’Humanité, Sud ouest, et les inévitables gratuits (Bordeaux7, Métro, 20 Minutes), nous aborderons ensemble, le thème suivant :

La crise financière, économique, son traitement médiatique

Bernard Broustet, journaliste économique à la rédaction du journal Sud ouest

Guillaume Cauchois, journaliste au magazine l’Étudiant

Trudy Bolter, professeur émérite aux Universités à Science Po Bordeaux, américaniste

Christiane Restier, politiste

Thierno Ibrahima Dia, enseignant en cinéma à l’Université Bordeaux III

Guillaume Le Blanc, philosophe, romancier, enseignant à Bordeaux III

Philippe Gauchon du Crédit Coopératif Bordeaux

Jean-Louis Duqueroix, Directeur de la Communication de la Caisse d’Épargne Aquitaine Poitou-Charentes
L’entrée est libre, mais pour vous assurer une chaise, je vous remercie de me signaler votre participation, Lire la suite

Bx conférence le 5 déc : La diversité biologique en danger

Conférence-débat sur le thème 

« La diversité biologique en danger  » 

le vendredi 5 décembre 2008 à 18h30 au Jardin botanique de Bordeaux 

Esplanade Linné – Rue Gustave Carde, à La Bastide (tram ligne C, arrêt Jardin botanique) 

En présence de :

Peter Wyse Jackson, directeur du Jardin botanique national d’Irlande, 

Joachim Gratzfeld, directeur des programmes régionaux européens du BGCI

(Botanic Gardens Consortium International), 

Maïté Delmas, présidente des Jardins botaniques de France, 

présents à Bordeaux dans le cadre de la réunion du Consortium Européen des Jardins Botaniques. 

Réunion de la dernière chance pour sauver le thon rouge

La Tribune.fr, 17 novembre 2008, appel collectif

Réunion de la dernière chance pour sauver le thon rouge

Appel du WWF, de l’UICN, de Robin des Bois, de Greenpeace, et de Julie Andrieu, Yann Arthus-Bertrand, Florence Arthaud, Isabelle Autissier, Benjamin Badinter, Jean-Paul Besset, Alain Bougrain-Dubourg, Catherine Chabaud, Jean-Yves Chauve, Etienne Klein, Marc Guillemot, Loïc Perron, Philippe Poupon, Eugène Riguidel, Jean-Yves Terlain, Marc Thiercelin.

Réunis à partir du 17 novembre pour une semaine à Marrakech, les membres de l’ICCAT (Commission pour la conservation des thonidés de l’Atlantique) ne doivent pas rater leur rendez-vous avec l’histoire. En deux décennies à peine, la population de thon rouge (Thunnus Thynnus) de Méditerranée a chuté de 80% alors que ce poisson emblématique était pêché depuis l’Antiquité. Au milieu des années 1990, à une pêche relativement proportionnée, destinée à la consommation locale, est venue s’ajouter la pratique de l’engraissage en cage. Ces poissons sont presque exclusivement destinés au marché japonais où ils sont consommés sous la forme de sashimis. Cette activité extrêmement lucrative a provoqué une véritable ruée vers l’or aux effets catastrophiques.

Aujourd’hui, tous les voyants sont au rouge : le niveau annuel des captures est estimé pour 2007 à 60.000 tonnes, soit le double du niveau autorisé par l’Union européenne et quatre fois celui recommandé par les scientifiques. A ce rythme-là, le stock risque bel et bien de s’effondrer à très court terme sans manquer d’entraîner, dans sa chute, la mort d’une activité millénaire.

Il n’y aura pas de seconde chance et nous ne voulons pas laisser commettre l’irréparable. C’est pourquoi, dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne, nous demandons à monsieur Barnier, ministre français de l’Agriculture et de la Pêche, de soutenir la seule mesure qui s’impose : la fermeture immédiate de la pêche au thon rouge. C’est la condition préalable à la sauvegarde de l’espèce, à l’équilibre des écosystèmes de la Méditerranée, à la survie de cette pêche et à sa pérennisation pour le bénéfice des hommes et des pêcheurs. Le thon rouge ne doit pas connaître le même sort que la morue de Terre Neuve, dont le stock s’est effondré en 1992 et ne s’est jamais rétabli. Dès 1988, scientifiques et écologistes s’étaient pourtant épuisés à tirer la sonnette d’alarme. Dans le vide.

Aujourd’hui, la pêcherie est hors de contrôle. L’équation est pourtant simple à saisir: il y a trop de bateaux qui pêchent et trop de fermes d’engraissement à remplir au regard de la population de thons rouges. L’ICCAT ou plus exactement ses membres, les pays pêcheurs de Méditerranée se sont montrés incapables de gérer l’activité. A l’encontre de leur mandat, ils ont privilégiés les intérêts à court terme d’une pêcherie industrielle au détriment de la conservation du stock. L’absence de réaction des autorités constitue aujourd’hui un réel scandale !

Or les ministres européens des pêches et au tout premier plan la France, actuelle présidente de l’UE, ont aujourd’hui en main toutes les cartes pour inverser le cours de l’histoire, non seulement en sauvant le thon rouge mais en créant un précédent en matière de gestion internationale et collective de la pêche. Lire la suite