L’UE débloque un milliard d’euros contre la crise alimentaire

letemp.ch, le 22 novembre 2008, Richard Werly, Bruxelles ,Collaboration: Margaux Fritschy

L’UE débloque un milliard d’euros contre la crise alimentaire

BUDGET. Les Vingt-Sept sont parvenus à un accord à l’arraché. Des excédents agricoles seront alloués aux pays les plus pauvres.

L’Union européenne a bien failli ne pas tenir sa promesse d’aide pour lutter contre la crise alimentaire mondiale. Vendredi à Bruxelles, les Vingt-Sept ont bataillé jusque dans la soirée pour débloquer le milliard d’euros promis par la Commission européenne en juillet aux fermiers des pays les plus pauvres.

Cette somme sera débloquée en trois étapes: 260 millions avant la fin de l’année, 570 en 2009 et le solde en 2010. Ces fonds, surtout destinés à l’Afrique, serviront en priorité à des achats de semences et d’engrais, et au soutien des agriculteurs vivriers. L’UE, premier bailleur de fonds mondial pour l’aide humanitaire, avait fait de ce «milliard» un symbole. Sa décision intervient quelques jours après un appel record pour 7 milliards de dollars lancé par l’ONU afin de faire face aux situations d’urgence à travers le monde l’an prochain.
Le symbole a néanmoins été écorné. D’abord, en raison de la rudesse des discussions budgétaires. Ensuite, parce que le prélèvement envisagé de ce milliard sur les excédents agricoles n’aura pas lieu. L’Allemagne et plusieurs autres Etats ont refusé d’utiliser ces fonds pour des actions hors du territoire de l’UE. Les montants prévus pour les actions extérieures européennes seront donc mis à contribution, ainsi que les réserves d’aide d’urgence.
Le Parlement européen, qui avait, lui, approuvé le «milliard», se préparait à riposter en cas de blocage. «Si, fin décembre, les fonds restent bloqués, ce sera pitoyable», déclarait au Temps l’eurodéputé néerlandais Thijs Berman, avant l’accord. Plusieurs Etats membres, dont la France qui préside actuellement l’UE, sont accusés par les organisations non gouvernementales (ONG) de projeter une réduction de leur aide en raison de la crise financière. La part du PIB français pour le développement devrait atteindre 0,42% en 2009. Au lieu du 0,7% fixé par les Objectifs du Millénaire de l’ONU.

Alors que l’UE s’apprête à annoncer mercredi un plan de relance économique d’environ 130 milliards d’euros, un blocage budgétaire in extremis aurait à coup sûr été vécu comme une trahison par ses partenaires du Sud.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :