Lepage: Le temps de la reconversion industrielle est venu

Blog Corinne Lepage, Tribune France Culture du 24 novembre 2008

Corinne Lepage: Le temps de la reconversion industrielle est venu.

La hausse du prix du baril jusqu’à 147 dollars voici quelques mois, et les annonces de plus en plus noires sur les scenarii climatiques ont transformé les comportements des consommateurs occidentaux bien avant que ne se fassent sentir les effets de la crise financière. Heureusement la faiblesse actuelle du baril, sans doute aussi artificielle et excessive que la hausse de l’année passée n’y change rien.

Artificielle dans la mesure où cette baisse apparaît comme la volonté de l’Arabie Saoudite de faire baisser les prix, pour éviter la rentabilité des énergies de substitution et de réaffirmer son rôle de « patron de l’OPEP ». Car, l’anticipation de la baisse de l’activité économique contribue à cette chute brutale mais elle ne l’explique pas.

Quoiqu’il en soit, la crise économique qui se traduit au niveau individuel par une baisse effective de pouvoir d’achat, une grande inquiétude pour l’avenir et un recours moindre au crédit n’est pas de nature à expliquer la situation tragique de l’industrie automobile.
C’est la représentation de l’automobile dans l’esprit de nos concitoyens qui a changé, l’acquisition d’une cylindrée puissante n’étant plus considérée comme le nec plus ultra en termes d’image de soi même. Au contraire, une petite voiture économe est valorisée sur le plan sociétal et dans le porte monnaie même si le prix de l’essence a baissé de 20% à la pompe (ce qui, au passage, n’est rien comparé à la baisse de deux tiers du prix du baril, d’où une rente qui explique les profits faramineux de Total). Dès lors, la consommation durable commence à devenir une réalité puisque la sobriété, c’est-à-dire la baisse de la quantité consommée devient un fait durable.

Manifestement, ni le politiques, ni les grandes entreprises des secteurs concernés n’ont pris la mesure de la révolution qui est en passe de s’accomplir. La schizophrénie des politiques consistant d’un côté, à prôner les économies d’eau, d’énergie, l’usage des modes alternatifs de transport, d’un autre côté à ne cesser d’encourager la consommation leur revient en pleine figure…

Tout se passe comme si, à aucun moment, il n’avait été envisagé que ces exhortations aient un effet. A fortiori, à aucun moment, les conséquences industrielles et économiques de ce renversement de valeur n’a été pesé ni anticipé. Il serait plus que temps, puisque les plans de relance succèdent les uns aux autres et que notre gouvernement après avoir annoncé haut et fort, voici quelques semaines, à peine, l’inutilité d’un tel plan, en annonce un, que la reconversion écologique soit le cœur de cible et que les politiques publiques soient mises en cohérence.
Il en va notamment ainsi de la demande d’aide des constructeurs automobile à l’échelle française comme à l’échelle européenne. S’il est évident qu’il faut traiter la question sociale, il serait fou d’allouer des sommes considérables simplement pour continuer les productions actuelles. Cela reviendrait à avoir subventionné les fabricants de bougies lorsqu’a démarré la production d’électricité ! Lire la suite

Conservatoire végétal (47) : fête de l’arbre les 29 et 30 nov.

Aqui.fr, JA

La fête de l’Arbre et des fruits d’antan: les 29 et 30 novembre à Montesquieu (47)

Le rendez vous annuel de la fête de l’arbre approche. Ce sera les 29 et 30 novembre au Conservatoire végétal Régional de Montesquieu en Lot-et-Garonne à 15 kilomètres à l’ouest d’Agen. Une occasion à ne pas manquer pour ceux qui ne l’auraient pas découvert les années passées et de faire, ainsi, partie des milliers de visiteurs passionnés par la visite de ce haut lieu de la bio-diversité et des saveurs.

En effet à Montesquieu, ces deux journées-là, depuis treize ans, permettent de découvrir la grande exposition de fruits, plus de 500 variétés, d’en déguster et de repartir avec sous le bras des cageots, en particulier de pommes, et des arbres que vous aurez choisis au cœur des pépinières et du verger de production. Occasion exceptionnelle de défendre et prolonger le travail accompli par une femme qui ne l’est pas moins, Evelyne Leterme, fondatrice et directrice du Conservatoire végétal Régional d’Aquitaine lequel regroupe, aujourd’hui, la totalité du patrimoine recensé. Il faut rappeler, ici, l’extrême importance du patient travail de recherche accompli dans une grande région « Aquitaine », des Pyrénées au Limousin, qui a permis de retrouver au gré des rencontres, de pays en pays et de village en village, des variétés anciennes qui ont été non seulement sauvées de l’oubli mais sont désormais reproduites et accessibles au plus grand nombre. Une Association de soutien au Conservatoire a d’ailleurs vu le jour dès 1983 (1) et il n’existe pas moins en plus de celui de Montesquieu de dix vergers répartis en Aquitaine.

« Les Fruits retrouvés »

La Fête de l’Arbre et des fruits d’antan, version 2008, qui bénéficie entre autres de l’aide du conseil général du Lot-et-Garonne, du Conseil Régional d’Aquitaine, de l’Europe, accueillera également une démonstration de greffage et deux temps forts à visée pédagogique : une conférence le samedi (15h30) sur le thème de « ‘la pollinisation » par Bernadette Darchen, maître de conférence honoraire à Paris VI , spécialité abeilles et fourmis tropicales; une autre le dimanche (15h30) à propos du Livre « ‘Les Fruits retrouvés » Lire la suite

ADEME : de « Faisons vite ça chauffe » à « Changeons d’ère »

technicité.fr, Il ya environ deux ans, l’ADEME lançait une campagne de lutte contre l’effet de serre qui compromet gravement l’avenir de notre planète. Nous nous souvenons d’avoir entendu pendant plusieurs mois sur les ondes de France Inter les spots publicitaires nous sensibilisant à cette grave question. Mais une telle ambition ne pouvait se résoudre à un coup médiatique ponctuel et cette action se poursuit dans le temps. Elle existe notamment par le site www.faisonsvite.fr qui entretien l’actualité autour de cette importante question. Dans ce cadre a été lancé la première semaine des énergies renouvelables, du bâtiment et de la maîtrise de l’énergie sous un nouveau slogan « changeons d’ère ».

Dans le cadre de cette semaine d’action qui s’est déroulée du 17 au 22 novembre 2008 au CNIT à Paris La Défense, l’ADEME, en collaboration avec ses partenaires, a organisé de nombreux colloques et manifestations nationaux sur le thème des énergies renouvelables (EnR), du Bâtiment et de la Maîtrise de l’Energie. L’objectif affiché était de donner une meilleure visibilité à la problématique de l’énergie dans le bâtiment, auprès des professionnels du secteur et des filières énergies renouvelables, des collectivités territoriales et du grand public. La tenue de cet évènement en plein cœur de la Présidence française de l’Union européenne, signifiait le placement de la politique énergétique et de l’environnement au rang de ses priorités, en en faisant un événement de dimension européenne. Au programme de ces rencontres figuraient notamment les thèmes suivants : Energies renouvelables et directive européenne 2020, Energies renouvelables et Grenelle de l’environnement, Réhabilitation facteur 4 des maisons individuelles, Bioressources, industries, performances, Construire et rénover autrement avec les énergies renouvelables, Concours « Habitat Solaire, Habitat d’Aujourd’hui », Efficacité énergétique, échanges de bonnes pratiques en Europe, Eolien, hydroélectricité, grandes centrales solaires, énergies marines Les Certificats d’Economie d’Energie: bilan et perspectives, la maison économe. Lire la suite

Baisse de la fertilité masculine de 50 % en 50 ans

cdurable.info, David Naulin, le 23 novembre 2008

Mâles en péril, un documentaire inquiétant mardi 25 novembre diffusé sur Arte

Fertilité masculine et polluants chimiques : notre capacité à nous reproduire serait-elle menacée ?

Produits de beauté, jouets, emballages… : ces produits que nous manipulons au quotidien nuisent-ils à la fertilité masculine ?

Diminution spectaculaire de la qualité et du nombre de spermatozoïdes (- 50 % en cinquante ans), explosion des cancers du testicule (multipliés par quatre en soixante ans), augmentation des malformations génitales du petit garçon à la naissance (non-descente des testicules, pénis de petite taille)… : notre capacité à nous reproduire serait-elle menacée ? Et pourquoi ? À partir de résultats scientifiques éloquents et d’entretiens avec des chercheurs, le film « Les Mâles en péril » enquête sur cette tendance potentiellement aussi inquiétante que le réchauffement planétaire. Un doc à ne pas rater mardi 25 novembre à 21h00 sur Arte.

Mâles en péril : une enquête exceptionnelle (Prix Europa 2008) sur les composants chimiques qui menacent notre santé

« Les problèmes de l’appareil reproducteur masculin sont aujourd’hui potentiellement aussi graves que le réchauffement climatique. » Niels SKAKKEBAEK directeur de recherches, Hôpital universitaire de Copenhague, Danemark.

Aujourd’hui, du Danemark aux États-Unis en passant par la France, les scientifiques s’accordent pour attribuer à cette tendance mondiale une origine commune : des substances chimiques qui envahissent notre environnement et perturbent notre système endocrinien. Des études rigoureuses attestent que ces perturbateurs endocriniens ont des effets très néfastes sur le système reproductif masculin. On savait que les perturbateurs endocriniens, présents dans les pesticides, étaient responsables de la « féminisation » de nombreuses espèces sauvages (alligators, batraciens, poissons, oiseaux…). Il est aujourd’hui démontré que les êtres humains n’échappent pas au phénomène. Au premier rang des molécules incriminées, le bisphénol A et les phtalates, omniprésents dans notre quotidien : assouplissants du plastique, fixateurs de parfums, cosmétiques, meubles, emballages alimentaires, PVC, jouets, tee-shirts…

À quand l’interdiction des substances suspectes au nom du principe de précaution et l’analyse des interactions qu’elles produisent ? Aux alertes scientifiques, les puissants lobbies industriels opposent une prétendue maîtrise des risques encourus. En 2006, un tournant a pourtant eu lieu avec l’adoption par l’Union européenne de la directive Reach, qui oblige les industriels à prouver l’innocuité de leurs produits. Reste à l’appliquer. C’est aussi cette longue bataille pour remettre de l’ordre dans la « grande foire des aberrations sexuelles qu’est devenue la nature » que chronique ce film, remarquablement documenté.

Mâles en péril, documentaire inédit de Sylvie Gilman et de Thierry de Lestrade (82 minutes).

Des extraits vidéos de ce documentaire sont à visionner sur le site d’Arte :
 Extrait n° 1 – Une baisse alarmante des spermatozoïdes : Deux études, menées l’une en france et l’autre au Danemark, concluent à une baisse alarmante de la qualité spermatique.
 Extrait n° 2 Lire la suite

L’UE débloque un milliard d’euros contre la crise alimentaire

letemp.ch, le 22 novembre 2008, Richard Werly, Bruxelles ,Collaboration: Margaux Fritschy

L’UE débloque un milliard d’euros contre la crise alimentaire

BUDGET. Les Vingt-Sept sont parvenus à un accord à l’arraché. Des excédents agricoles seront alloués aux pays les plus pauvres.

L’Union européenne a bien failli ne pas tenir sa promesse d’aide pour lutter contre la crise alimentaire mondiale. Vendredi à Bruxelles, les Vingt-Sept ont bataillé jusque dans la soirée pour débloquer le milliard d’euros promis par la Commission européenne en juillet aux fermiers des pays les plus pauvres.

Cette somme sera débloquée en trois étapes: 260 millions avant la fin de l’année, 570 en 2009 et le solde en 2010. Ces fonds, surtout destinés à l’Afrique, serviront en priorité à des achats de semences et d’engrais, et au soutien des agriculteurs vivriers. L’UE, premier bailleur de fonds mondial pour l’aide humanitaire, avait fait de ce «milliard» un symbole. Sa décision intervient quelques jours après un appel record pour 7 milliards de dollars lancé par l’ONU afin de faire face aux situations d’urgence à travers le monde l’an prochain.
Le symbole a néanmoins été écorné. D’abord, en raison de la rudesse des discussions budgétaires. Ensuite, parce que le prélèvement envisagé de ce milliard sur les excédents agricoles n’aura pas lieu. L’Allemagne et plusieurs autres Etats ont refusé d’utiliser ces fonds pour des actions hors du territoire de l’UE. Les montants prévus pour les actions extérieures européennes seront donc mis à contribution, ainsi que les réserves d’aide d’urgence. Lire la suite

Europe : Le système énergétique en accusation

notre-planète.info, auteur non identifié, 21 novembre 2008

Continuer ainsi n’est plus une option pour le système énergétique en Europe

80 % des émissions de gaz à effet de serre en Europe proviennent encore du secteur de l’énergie, ainsi que le souligne un rapport de l’Agence européenne pour l’environnement rendu public le 20 novembre 2008. Ce secteur continue à avoir un impact important sur l’environnement, même si l’amélioration de l’efficacité de la production d’électricité et de chaleur, l’augmentation de la part des énergies renouvelables, ainsi que le remplacement du charbon et du pétrole par le gaz contribuent peu à peu à diminuer les émissions de gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique en Europe.

Le rapport 2008 Energie et Environnement confirme que si les Européens se contentent des politiques et mesures actuelles, la consommation d’énergie augmentera de 26 % d’ici 2030 – et les combustibles fossiles resteront la source principale d’approvisionnement. «Continuer ainsi n’est plus une option pour le système énergétique», a déclaré le professeur Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l’AEE, lors de la présentation du rapport au Parlement européen, le 20 novembre à Strasbourg. L’évolution vers une société à faible émission de carbone «ne se fait pas assez rapidement pour assurer l’avenir de notre environnement», a-t-elle affirmé.

«L’énergie provenant de combustibles fossiles est la cause première des changements climatiques induits par l’homme», a expliqué le professeur McGlade lors de la rencontre parlementaire conjointe sur l’énergie et le développement durable qui s’est tenue le 20 novembre. «L’engagement de l’Europe en faveur d’une économie post-carbone et des énergies durables et renouvelables est primordial pour la sécurité énergétique et la lutte contre les changements climatiques» a-t-elle encore ajouté.
Le rapport 2008 Energie et Environnement met en avant des points positifs concernant la croissance du secteur des énergies renouvelables et son potentiel de réduction des émissions et d’amélioration de la qualité de l’air. En 2005, les sources d’énergie renouvelable ne représentaient néanmoins que 8,6 % de la consommation finale d’énergie en Europe – encore bien loin de l’objectif de 20 % que s’est fixé l’UE pour 2020.

Autres conclusions clés du rapport

Les ménages européens ont augmenté leur consommation d’électricité de 31 % ces quinze dernière années, malgré une hausse moyenne de 17 % du prix de l’électricité Lire la suite

Nécessité d’une réponse collective coordonnée aux crises

notre-planète.info, le 20 novembre 2008

Nécessité d’une réponse collective urgente et coordonnée aux crises économique et environnementale

La société humaine se dirige de manière dangereuse au-delà des limites naturelles de la planète. Le changement climatique, la rareté de l’eau et de la nourriture, la sécurité énergétique et les dangers de la pollution sont parmi les problèmes urgents, de surcroît en cours d’aggravation accélérée, concernant la globalité du système qu’est la Terre.
C’est ce que confirment les participants au sommet organisé par le Programme International Géosphère-Biosphère (PIGB) et le Partenariat des Sciences du Système Terrestre. Ils notent le fait alarmant, selon les mesures récentes, de l’émission globale de carbone qui a crû plus vite que ce qui était prévu dans les scénarios du GIEC ne datant que de 5 ans.
Aujourd’hui, les conséquences de la crise financière menacent le système économique. Les conséquences de la crise du système écologique seront bien pires dans un laps de temps juste un peu plus long
, fait remarquer le professeur Thomas B Johansson, expert en énergie de l’Université Lund. Alors qu’il est question de régler un problème à court terme, il faudrait saisir l’opportunité de régler ces problèmes de long terme, ajoute-t-il.

Les nouveaux accords économiques peuvent et doivent tenir compte des limites naturelles et mettre le rétablissement global sur une voie plus économe en carbone et ressources. Sur la base des tendances économiques récentes, il devrait y avoir une augmentation globale des températures de 4 à 6 degrés d’ici 2100, niveaux considérés comme catastrophiques selon le GIEC.

Des sociétés plus vertes permettraient de réviser les risques à la baisse tout en procurant une meilleure qualité de vie, en éliminant la pauvreté et en favorisant la cohésion sociale. A contrario, l’utilisation de la mesure conventionnelle de croissance par le PIB comme principal indicateur des politiques nationales a gravement induit en erreur, déclare le professeur Robert Costanza, économiste écologique à l’Université du Vermont. De nouvelles politiques devraient s’attacher à résoudre les problèmes en utilisant une approche intégrée des systèmes de la Terre, incluant toutes les interactions de l’homme avec l’environnement. Lire la suite