CATA 33 installe un maraîcher bio près de Castillon la B.

Sud-Ouest, Willy Dallay, le 23 Octobre 2008

TERROIR. Via une SCI, des consommateurs soucieux de qualité, de Gironde et notamment de Bordeaux, aident un maraîcher à s’installer près de Castillon

Une agriculture citoyenne

Non seulement la terre est basse, mais elle est chère, sans doute parce que le béton pousse mieux que les radis. Avec un nom qui est un véritable défi à la superstition, Cata 33 a décidé de prendre le problème à bras-le-corps en installant un maraîcher sur une terre qu’il est en train d’acheter. C’est ce que veut dire son nom qui vaut mieux que son sigle : Collectif d’achat de terres agricoles Gironde. Et ça marche, comme marchent les Amap (Associations de maintien de l’agriculture paysanne) et Gels (Groupes d’échanges locaux et solidaires), réseau court consommateurs-producteurs dont beaucoup de ses membres sont issus.

Le week-end dernier, 150 personnes ont visité les Terres de Fougueyra, sur la commune de Flaujagues, près de Castillon-la-Bataille. Plusieurs soirées, notamment à l’Utopia de Bordeaux et au Jean-Eustache de Pessac, ont amené la participation de 262 souscripteurs. Réunis en société civile immobilière, ils ont amassé la somme de 60 400 euros. Il faut 80 000 euros pour acquérir les 10 hectares de Fougeyra. Cela n’inquiète pas Didier Guyot, membre du collectif et cogérant de la SCI : « Nous avons signé un sous-seing en juillet et d’ici l’achat en décembre nous serons certainement plus nombreux. Des gens ont fait des promesses d’apport, d’autres sont prêts à donner plus. Les parts sont à 100 euros. La moyenne est de deux par personne. Mais quelqu’un en a pris 50. »

Message aux politiques.

Le projet était lancé avant la crise financière et le but n’est pas de faire une opération juteuse : « C’est d’abord un engagement citoyen. Il ne faut pas espérer faire de bénéfice. En plus, le sociétaire n’a aucune certitude de pouvoir consommer les produits de cette terre. Le maraîcher a l’intention de racheter des parts progressivement. Cela permettra de rembourser les sociétaires qui le voudront ou de lancer une autre action. »

Didier Guyot reconnaît qu’il a fallu beaucoup d’énergie pour monter celle-ci : « Cela fait deux ans qu’on la prépare… pour un seul maraîcher. Mais le but, c’est aussi de montrer une piste aux pouvoirs publics. Aujourd’hui, il y a 30 Amap et Gels en Gironde, cela représente 1 600 familles, soit 6 000 personnes servies directement par 60 producteurs. Ce n’est plus un phénomène marginal. Il y a un poids économique évident. Donc, pour nous, le projet Terres de Fougueyra, c’est une façon d’envoyer un message. » Reçu 5 sur 5 à Flaujagues ? « Le maire envisage d’alimenter la cantine scolaire avec les produits de Fougueyra. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :