VIDEO : des jardins à partager

Etre citadin et jardinier n’est désormais plus incompatible. Depuis quelques années, des petits carrés de verdure poussent au coeur des villes. On les appelle les Jardins partagés. Descendants des jardins ouvriers, ces terrains sont gérés par des associations qui permettent ainsi aux habitants des villes de jardiner, récolter et même se rencontrer !

Voir le sujet : Les jardins partagés

Découvrez les jardins du béton Saint-Blaise. Aménagés sur une terrasse d’immeuble, le jardin offre la possibilité aux personnes en réinsertion, bénéficiaires du RMI ou même, simples voisins, de venir cultiver légumes, fleurs, aromates dans la joie et la bonne humeur.

Voir le sujet : Les jardins du béton Saint-Blaise

Plus d’infos sur les jardins partagés Lire la suite

Jardiner dans son salon, c’est possible

20 Minutes,  le 26 août 2008, Oihana Gabriel

On peut avoir un deux-pièces et servir à sa table les légumes de son jardin. Entretenir un mini-potager ou verger dans son salon, c’est possible, à condition de s’y prendre méthodiquement pour éviter de manger des tomates sans goût ou de vivre au milieu des odeurs de poireau toute l’année…

La priorité, pour commencer son potager urbain, c’est la lumière. Les légumes ont besoin de quatre à huit heures de soleil par jour. Balcon, terrasse, un lieu ensoleillé et aéré fera l’affaire. Plus simple, pour les herbes et les petits légumes, on peut aussi suspendre les pots aux fenêtres orientées de préférence sud-est ou sud-ouest. Evidemment, pour les chanceux sous la pluie une bonne partie de l’année ou en cas de canicule, il est judicieux d’abriter vos plants, de s’équiper d’une lampe ou deux de 40 watts que l’on suspendra 50 cm au-dessus des pots.

Ainsi équipé, on peut commencer à installer nos graines dans des pots remplis de terreau près des fenêtres et loin des radiateurs. Pour l’arrosage, Lire la suite

Site de la Commission Européenne dédié à l’agriculture bio

Bienvenue sur le site de la Commission Européenne dédié à l’agriculture biologique !

Les Européens sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à l’agriculture biologique et aux aliments bio.

Ils ont déjà pris conscience des différentes caractéristiques spécifiques des produits de l’agriculture biologique. Ils ont noté qu’elle utilise peu d’intrants, qu’elle cherche à protéger nos ressources naturelles et la biodiversité et qu’elle met le plus grand soin à assurer le bien-être animal. Enfin, les consommateurs s’intéressent aussi à la contribution de l’agriculture biologique au développement économique des communautés rurales.

L’agriculture biologique a déjà accompli d’impressionnants progrès depuis ses débuts modestes, il y a quelques années à peine. Le développement du marché européen du bio est manifeste dans la croissance de la surface cultivée en l’agriculture biologique et de la surface en voie de conversion. Entre 1998 et 2005, cette surface a plus que doublé dans l’Europe des 15. Dans l’Union des 25, elle s’élevait à 6 millions d’hectares en 2005.

Pourtant, l’agriculture bio reste un secteur au potentiel inexploité. Et nous devons faire tout notre possible pour l’aider à réaliser ce potentiel.

Nous progressons à grands pas. Le nouveau règlement par exemple, approuvé récemment par le Conseil, offre un cadre beaucoup plus clair et efficace quant aux principes de la production biologique, aux règles concernant les méthodes de production et l’étiquetage, et importations des pays tiers.

Ce site constitue l’étape suivante de notre travail de promotion de l’agriculture biologique. Lire la suite

La ferme miracle de Takao Furuno au Japon

Ferme de Takao Furuno, 6 mai 2007, Philippe Desbrosses

Une ferme miracle au Japon

Ce paysan Japonais cultive 2.8 hectares dans le village de Teisen ou s’est rendue Mae Wan Ho, directrice de « Institute of Science in Society » pour enquêter sur ce que l’on nomme déjà la ferme-miracle. Ayant remarqué dans des gravures anciennes des élevages de canards associés à la culture du riz, il s’en étonne car il croit, selon les préjugés, que ceux-ci peuvent dégrader la plante et compromettent les récoltes. Après bien des hésitations, il décide de tenter l’expérience et contrairement à ce qu’il craignait il découvre que les canards ne touchent pas aux plantules de riz, trop siliceuses, mais s’ébattent dans la rizières entre les rangées en mangeant les insectes, les parasites, les escargots qui attaquent les plants de riz. Ils mangent aussi les mauvaises herbes en grattant avec leurs pattes pour les déterrer, ce qui contribue à oxygéner l’eau et à augmenter la croissance du riz. Cette heureuse collaboration lui permet d’économiser 240 heures de désherbage manuel par hectare. Les canards pondent des œufs qui sont ensuite vendus au marché.

Mais ce n’est pas tout, M. Furuno élève aussi des gardons qui se nourrissent du plancton et des déjections des canards et sont aussi vendus au marché. Les gardons et les canards produisent de la fumure pour les plants de riz. L’ensemble de ces organismes interdépendants constitue un écosystème complexe, équilibré et durable.

La ferme de Takao Furuno ne fait que 2.8 hectares, dont 1,4 ha est couvert par la rizière, le reste est consacré à des légumes biologiques. Lire la suite

Ouverture du site Web « faune-aquitaine.org »

Le site Web « faune-aquitaine.org » mis en place par la LPO est enfin ouvert à toutes et à tous. L’évènement est à saluer, car comme vous l’avez vu ou le verrez, L’ATLAS est aussi disponible. N’hésitez pas à consulter le site, et à contribuer à l’Atlas.

Lire la suite

VALOREM à Bègles : du pétrole au vent

Sud-Ouest, Gilles Guitton, le 4 septembre 2008

BEGLES La société Valorem, spécialisée dans l’éolien, inaugure la reconversion du centre de recherches d’Esso-Rep en « pôle d’intelligence environnementale »

Les chercheurs de gisements de vent, de soleil et de vagues succèdent à Bègles aux chercheurs de pétrole. Aujourd’hui, la société Valorem inaugure son nouveau siège social, dans 1 500 m2 réaménagés par elle du bâtiment central de l’ancien centre de recherches d’Esso de la rue Ferdinand-Buisson.

« Le site passe de l’énergie du XXe siècle à celles du XXIe siècle. C’est symbolique », commente Jean-Yves Grandidier, le président de Valorem. Pas fâché de quitter les bureaux exigus de l’avenue Leclerc pour cet « environnement luxueux ». Il va abriter le nouveau développement de cette société qui était « un des quatre pionniers français de l’éolien », et passe à la vitesse supérieur depuis 2007. En surfant sur la crise pétrolière et le développement récent d’un vrai marché des énergies « vertes ».

Pour Noël Mamère (Verts), le maire de Bègles, cette installation est la première pierre « d’un dossier majeur pour l’avenir économique de la ville ». Celui de la création dans ce quartier « historiquement industriel et artisanal », d’un « parc de l’intelligence environnementale » réunissant recherche, développement, formation etc. « On y travaille depuis des années. La fermeture par Esso était prévisible. Il n’était pas question d’abandonner 4,5 ha en plein cœur de Bègles, à la promotion immobilière », dit le maire en insistant : « Il n’a jamais été envisagé d’y faire du logement. »

Valorem joue la « locomotive » du parc. « Très volontiers », sourit Jean-Yves Grandidier, bien que la situation juridique du site soit encore incertaine. Lire la suite

Rencontre architecture et DD à Bx les 10 et 11 octobre

10 et 11 octobre 2008, à Bordeaux

« Architecture et développement durable », manifestation inscrite dans le programme officiel de la Présidence française de Union Européenne et organisée sous l’égide du ministère de la Culture et de la Communication. Le Forum européen des politiques architecturales, associé au centre d’architecture arc en rêve à Bordeaux, propose une rencontre ouverte à des professionnels de toute l’Europe avec pour ambition de lancer une dynamique d’échanges des savoirs et savoir-faire, en matière d’architecture articulée à l’objectif de développement durable. Il s’agit d’entreprendre un travail critique, produire de nouveaux modes de pensées, générer de nouvelles façons de faire, et nourrir les modes de gouvernance, les politiques architecturales et urbaines.

Pré-programme : Lire la suite