Hendaye Bidassoa Environnement : site fragile en danger

Sud-Ouest, Edith Anseme, 4 septembre 2008

ENVIRONNEMENT. Les vacances n’ont pas effacé les problèmes d’environnement. La pollution de la baie et l’aéroport de Fontarrabie sont toujours à l’ordre du jour

L’association Hendaye Bidassoa Environnement a accueilli lors de son assemblée générale le maire d’Hendaye, Jean-Baptiste Sallaberry, et de nombreuses personnes concernées par les questions qui menacent l’environnement d’Hendaye. Mmes Peyriga et Laguillon, présidente et vice-présidente de l’association, comme tous ses membres, organisent de nombreuses sorties mais se préoccupent particulièrement de la baie, notamment son envasement, sa pollution et sa fréquentation.

Envasement de la baie. Bernard Laville, directeur des services techniques, a présenté une étude alarmante. Un relevé bathymétrique et une analyse des sédiments ont démontré un envasement général de la baie et un comblement du chenal à plusieurs endroits, ce qui nécessiterait un dragage d’environ 500 000 m3. Les sédiments analysés présentent une légère pollution aux métaux lourds.

La baie a été draguée tous les ans jusque dans les années 90 : 40 000 m3 étaient retirés à chaque fois. Depuis l’arrêt de cette pratique, un risque d’inondation concerne la zone d’habitation des Joncaux, et la modification des berges et ensablement des vasières de Belcénia présentent un risque écologique. Ce problème a été soumis aux mairies d’Irun, de Fontarrabie et au gouvernement basque. Un avis des services de l’État pour lancer les enquêtes réglementaires, compte tenu du classement de la zone Natura 2000 de la baie, est attendu.

Préserver l’île aux Oiseaux. À marée basse, un écoulement venant de la gare dégage une odeur incommodante. La station de traitement des eaux usées pour les toilettes des wagons n’empêche pas un écoulement vers la Bidassoa. En outre, sur l’île aux Oiseaux, et à cause de l’ensablement de la baie, on trouve des déchets de toutes sortes. Les membres de l’association demandent son nettoyage. Ils souhaitent aussi l’apposition de panneaux interdisant l’accès de l’île à marée basse et l’interdiction de la baignade. Battite Sallabery a assuré que des panneaux seront placés prochainement, et des rondes des surveillants d’Abbadia seront organisées.

Des fleurs à Caneta. « C’est le seul endroit de la ville qui n’est pas fleuri, nous demandons des plantations. Mais bravo à la mairie pour l’ensemencement du talus. Malheureusement, des personnes coupent les fleurs ». Le fleurissement se fera dans le cadre d’un projet global d’amélioration du quartier. À propos de l’inévitable question d’Entre puentes, Bernard Laville a confirmé que le chantier durerait plus longtemps que prévu, cinq à six ans, à cause de la crise de l’immobilier. La route de la Gare et la rue du Tunnel seront refaites prochainement, sans attendre la fin du projet.

Drôles d’oiseaux. Une cinquantaine de pièces, parmi les oiseaux légués au museum de Gap par l’arrière-grand-père de M. Olphe-Gaillard, seront prêtées à la ville pour une durée indéterminée. Deux implantations de salle sont à l’étude. Le premier sur l’espace baie, à côté du centre nautique, un autre sur la corniche vers le Boléro. Et pour évoquer d’autres oiseaux, mécaniques et bruyants, un petit point sur l’aéroport de Fontarrabie a été fait.

Le maire a rappelé les deux procédures en cours : la première initiée en 2007 avec Corinne Lepage, consiste en un recours auprès de la Cour européenne, qui risque d’être long. La deuxième, engagée au printemps, est menée sur le plan pénal pour mise en danger d’autrui. Le dossier est complexe et doit être étoffé.

L’association Hendaye Bidassoa Environnement écrit chaque année une quinzaine de lettres au président de la République, toutes sans réponse. À la demande de l’association, Daniel Poulou était intervenu à l’Assemblée nationale auprès du secrétaire d’État à la Défense. Celui-ci l’a orienté vers le ministre des Transports, Dominique Bussereau, assurant que ce dernier souhaitait évoquer directement avec le député « ce dossier qui lui tenait légitimement à cœur ». Une réponse qui a étonné et laissé sur leur faim les membres de l’association.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :