La Fondation Hulot, l’environnement, la France et l’Europe

L’observatoire de la Fondation Nicolas Hulot

La Présidence Française de l’Union Européenne

Que signifie la Présidence Française de l’Union Européenne (UE) ?

Téléchargez nos fiches de synthèses pour en savoir plus sur ces deux échéances primordiales et pour connaître les principales propositions de la Fondation Nicolas Hulot

Le Bilan de santé de la PAC

Les agrocarburants

Depuis le 1er juillet 2008 et jusqu’à la fin de l’année, la France assure la présidence de l’Union Européenne. Cela signifie que notre pays préside le Conseil européen ainsi que le Conseil de l’Union européenne. Chaque Etat membre est amené à jouer ce rôle pour une période de six mois, selon un ordre de rotation préétabli. Le pays qui assure cette fonction définit au début du semestre ses priorités et fixe le calendrier. Il joue, ensuite, un rôle très important en matière d’organisation des travaux : il est chargé d’organiser, d’animer et de présider l’ensemble des réunions des deux Conseils. Il doit, enfin, essayer de parvenir à des compromis entre les Etats sur les sujets qui posent problèmes.

Pour en savoir plus sur les principales institutions européennes et leur rôle reportez vous à la page suivante.

En quoi l’Europe joue-t-elle un rôle important en matière d’environnement pour les pays membres ?

La très grande majorité réglementations environnementales des pays membres de l’Union Européenne proviennent, en fait, du droit communautaire. Les actes juridiques contraignants du doit communautaire c’est-à-dire les actes qui s’imposent aux Etats membres peuvent prendre trois formes : le règlement est une règle directement applicable dans tous les Etats membres. Il fixe des objectifs et les moyens de l’atteindre.

La directive Lire la suite

Eolien : lancement du réseau CLEO à Lyon le 16 septembre

Pour signer le manifeste pour l’éolien ici

Lancement du réseau des Collectivités Locales Eoliennes (Cleo) á Lyon, le 16 septembre 2008

9H30 Accueil – Inscriptions

Ouverture par Claude Turmes, député européen, rapporteur de la Directive sur la promotion des énergies renouvelables

10H00 Témoignages ; retours d’expériences

Retours d’expériences sur la concertation à mener en amont des projets ; impact touristique des parcs éoliens,

Création d’une Zone de Développement Eolien (ZDE) : quel périmètre pour le porteur de projet ? Comment assurer une cohérence territoriale ?

Raccordement au réseau : contraintes et perspectives,

Taxe professionnelle : un facteur de développement de l’éolien ; réformes à proposer sur un mode de calcul complexe et controversé,

– Une étude d’impact de qualité pour s’assurer d’une bonne intégration paysagère : éviter les recours, gérer l’interaction entre les parcs, les nuisances du balisage nocturne…

Les intervenants :

– Alain Cabanes, Communauté de Communes du Haut-Vivarais

– Jean Siret, Maire de Roquetaillade

Jean-Louis Mionnet, Breteuil sur Noye

– Paul Neau, Abies (bureau d’études indépendant)•

– Un représentant du Réseau de Transport Electricité (RTE)

Des échanges avec les participants seront prévus au fil des interventions Lire la suite

La barbarie invisible envers les animaux

Blog philo, Florence Burgat, le 4 septembre 2008

La barbarie invisible envers les animaux

Le 21 mai 2008, des hommes armés et cagoulés issus d’une troupe d’élite de la police autrichienne, investissaient brutalement des bureaux d’associations et des domiciles privés de défenseurs des droits des animaux, saisissant le matériel (ordinateurs, documents, brochures) et arrêtant dix militants. Neuf d’entre eux, parmi lesquels des dirigeants de plusieurs associations, ont été maintenus en détention préventive et viennent d’être relâchés le 2 septembre.

Que leur est-il reproché ? Les prévenus ne se sont pas vus imputer des délits commis individuellement ; ils sont accusés d’appartenir à une «organisation criminelle» nommée Front de libération animale (ALF). Le dossier constitué par l’accusation comprend la liste des délits attribués à l’ALF sur le territoire autrichien au cours des dernières années, sans qu’aucun élément ne vienne étayer l’implication des prévenus dans ces délits.

Quels sont ces délits ? Il s’agit de sept attaques à la bombe puante, sept bris de vitrines, trois cas de graffitis, deux détériorations de biens (un mirador d’affût et une volière à faisans vide), deux sauvetages d’animaux (cochons et faisans) sans dégâts matériels et une lettre de menace. Lire la suite

L’énergie solaire photovoltaïque est en phase de décollage

Le monde, le 5 septembre 2008, Hervé Kempf, Valence (Espagne)

Quelle fête ! Les industriels et scientifiques du photovoltaïque n’en finissent pas de s’étonner : jamais ils n’avaient été aussi nombreux à se réunir. La 29e Conférence de l’énergie solaire photovoltaïque, qui doit s’achever, vendredi 5 septembre, à Valence, a réuni plus de 4 000 chercheurs et un millier d’exposants. Cette affluence est à l’image d’un marché qui a explosé depuis plusieurs années, à la suite de l’instauration en Allemagne, en 2000, d’un tarif de rachat avantageux de l’électricité produite par les panneaux solaires.

Une augmentation de 40 % par an des capacités installées dans le monde, un chiffre d’affaires mondial de 24 milliards d’euros, une capacité de production installée de 3 800 mégawatt-crête (MWc) en 2007 : l’énergie photovoltaïque est sortie de la marginalité. Et les perspectives sont plus qu’encourageantes : les analystes financiers voient le marché passer à 5 000 MWc en 2008, 7 000 en 2010, et jusqu’à 20 000 en 2012.

Mais, avec la maturité, pourrait survenir la première crise : « On peut aller vers une situation où l’on produit plus que le marché ne peut absorber« , avertit Winfried Hoffmann, vice-président de l’European Photovoltaic Industry Association (EPIA). Il pourrait donc y avoir une « consolidation du secteur », c’est-à-dire la disparition de plusieurs entreprises dans un marché qui a pris des allures de ruée vers l’or. Deuxième effet, plus favorable : une baisse de prix permettant de relancer la demande.

« Le problème est que le marché est concentré sur cinq pays, Lire la suite

Hendaye Bidassoa Environnement : site fragile en danger

Sud-Ouest, Edith Anseme, 4 septembre 2008

ENVIRONNEMENT. Les vacances n’ont pas effacé les problèmes d’environnement. La pollution de la baie et l’aéroport de Fontarrabie sont toujours à l’ordre du jour

L’association Hendaye Bidassoa Environnement a accueilli lors de son assemblée générale le maire d’Hendaye, Jean-Baptiste Sallaberry, et de nombreuses personnes concernées par les questions qui menacent l’environnement d’Hendaye. Mmes Peyriga et Laguillon, présidente et vice-présidente de l’association, comme tous ses membres, organisent de nombreuses sorties mais se préoccupent particulièrement de la baie, notamment son envasement, sa pollution et sa fréquentation.

Envasement de la baie. Bernard Laville, directeur des services techniques, a présenté une étude alarmante. Un relevé bathymétrique et une analyse des sédiments ont démontré un envasement général de la baie et un comblement du chenal à plusieurs endroits, ce qui nécessiterait un dragage d’environ 500 000 m3. Les sédiments analysés présentent une légère pollution aux métaux lourds.

La baie a été draguée tous les ans jusque dans les années 90 : 40 000 m3 étaient retirés à chaque fois. Depuis l’arrêt de cette pratique, un risque d’inondation concerne la zone d’habitation des Joncaux, et la modification des berges et ensablement des vasières de Belcénia présentent un risque écologique. Ce problème a été soumis aux mairies d’Irun, de Fontarrabie et au gouvernement basque. Un avis des services de l’État pour lancer les enquêtes réglementaires, compte tenu du classement de la zone Natura 2000 de la baie, est attendu.

Préserver l’île aux Oiseaux. À marée basse, Lire la suite

DD au Pays Basque

Le journal du Pays Basque, Antoinette Paoli, 4 septembre 2008

Des projets de développement à tendance très durable dans les communes

Depuis les dernières élections municipales, bon nombre de nouvelles équipes y vont de leur projet de développement durable. Le mot est tendance, et pourrait vite devenir un grand sac fourre-tout, dans lequel on y jetterait pêle-mêle l’environnement, les questions sociales, le transport et autres. Certaines collectivités ont échoué à mettre en oeuvre des politiques publiques innovantes de développement durable, ou bien d’autres l’ont réduit à une politique environnementale. Il faut dire que les chantiers en cours sont vastes et ambitieux, car les défis du XXIe siècle sont grands. Alors accès d’opportunisme ou vraie prise de conscience ?

Les communes d’Anglet et d’Urrugne planchent sur des chantiers à long terme où l’ambition affichée, voire l’utopie, est de révolutionner les modes de vie, former les jeunes générations, mieux communiquer, créer des ponts entre les communes et les citoyens grâce notamment à la démocratie participative.

Anglet avec son «Agenda 21» et la commune d’Urrugne réfléchissent donc à des projets dits «transversaux» dans le jargon institutionnel, ce qui signifie appliquer le développement durable à différents domaines de la cité. En s’appuyant sur la prise en compte globale des problématiques, on agit sur le local. La nouvelle équipe de Jean Espilondo à Anglet, a pris le taureau par les cornes, sous la houlette de Bernard Marti, en charge de ce vaste programme : c’est le premier agenda 21 local du département ; Lire la suite

Allemagne, prévision de + 4°C l’hiver en 110 ans

Le Figaro, 4 septembre 2008, Cécile de Corbière, Berlin

L’Allemagne veut prévoir son climat jusqu’en 2100

Les températures hivernales devraient augmenter de 4 °C par rapport à 1990.

Prévoir le temps qu’il fera dans cent ans : c’est un défi pour les météorologues. À l’Institut Max-Planck (MPI-M) de Hambourg, les spécialistes ont développé Remo, un nouveau modèle de calcul. «Nous avons pour la première fois une image plus exacte d’où et comment le changement climatique affectera l’Allemagne» , déclare Andreas Troge, le président de l’Office fédéral pour l’environnement (UBA).

Les résultats des calculs ne sont pas nouveaux ils datent de 2006 , mais la précision du modèle et l’importance de la zone qu’il couvre l’Allemagne et la région des Alpes sont une innovation. Installé dans les locaux de l’Institut Max-Planck, un «superordinateur» s’emploie à calculer l’évolution du climat en Allemagne, heure par heure et jusqu’en 2100. Selon le magazine Der Spiegel, le modèle régional Remo serait vingt fois plus précis que celui du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

En Allemagne, la météo devrait s’améliorer dans les prochaines années, au moins du point de vue des vacanciers. La diminution des précipitations, associée à une augmentation des températures, pourrait favoriser le tourisme sur les côtes allemandes, une destination jusque-là négligée au profit de la zone méditerranéenne. Finis les étés pluvieux sur les bords de la mer du Nord et de la mer Baltique.

Selon les calculs de l’Institut, les températures augmenteraient en moyenne de Lire la suite