Lancement d’un plan de sauvegarde de l’angélique

Sud-Ouest, le 3 septembre, Chantal Roman

CONSERVATOIRE BOTANIQUE.

Lancement d’un plan de sauvegarde d’une espèce végétale

L’angélique menacée

Autre article sur le blog

C’est très officiellement hier à Audenge que le président du Conservatoire botanique Sud-Atlantique Christian Gaubert, maire de Lanton, conseiller général a lancé aux côtés de Frédéric Blanchard, directeur, un plan de sauvegarde d’une espèce végétale menacée, l’angélique des estuaires : « Une plante rarissime et que l’on retrouve, en Gironde notamment, du côté de Libourne, le long des berges des fleuves et cours d’eau. »

C’est dans le cadre de son programme de gestion et de conservation des berges à angéliques que ce plan est lancé : « Une plante en grand danger, explique Frédéric Blanchard. Cette espèce, que l’on trouve donc en Gironde mais aussi sur les estuaires de la Loire, de la Charente, de l’Adour et de la Nive, est protégée à l’échelle nationale et européenne, du fait de sa valeur patrimoniale exceptionnelle. Il nous faut donc sensibiliser un large public afin d’assurer sa survie. Non seulement tous ceux qui veulent bâtir le long des berges, mais aussi le grand public. D’où ce plan qui concerne l’Aquitaine mais aussi la région Poitou-Charentes. »

Journées de formation. Dans ce cadre, des séminaires vont se dérouler durant tout le mois. Il s’agit de sensibiliser l’ensemble des acteurs de la gestion à la conservation des berges et de la biodiversité végétale associée.

La journée du 19 septembre réunira élus et scientifiques de toutes les régions concernées autour d’ateliers et de visites de terrain, dans le Libournais, où se trouvent les angéliques… lesquelles, apparemment, n’aiment pas trop le bassin d’Arcachon : « Nous étudions le « pourquoi ». Trop de sable, trop de sel ? » dit Frédéric Blanchard.

En tout état de cause, l’angélique aime les berges de la Dordogne. Christian Gaubert rappelle d’ailleurs le « chantier exemplaire de protection de l’angélique qui a eu lieu lors des travaux de renforcement des berges de la presqu’île Condat, ayant permis à l’espèce de se reproduire naturellement. »

Le tout jeune Conservatoire botanique Sud-Atlantique, créé en 2006, est situé au Domaine de Certes à Audenge. Une quinzaine de personnes, dont des botanistes de terrain, travaillent dans l’équipe de Frédéric Blanchard, pour des missions menées sur les régions Aquitaine et Poitou-Charentes. Deux antennes existent, l’une à Poitiers et l’autre, un relais méridional à Saint-Jean-de-Luz.

Des scientifiques sont chargés de la conservation des éléments rares et menacés de la flore sauvage et des habitats naturels. Ils sont aussi un appui technique et d’expertise auprès des services de l’État et des collectivités territoriales.

Outre l’angélique et dans le programme qui lui est consacré, ce sont aussi les autres plantes patrimoniales qui sont étudiées, ainsi que celles des espèces végétales envahissantes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :