Connaissez-vous le bois raméal fragmenté (BRF) ?

Sud-Ouest Charente, le 3 septembre 2008, Maxime Meyer

AGRICULTURE. La technique du bois raméal fragmenté, alias le BRF, convertit de plus en plus de cultivateurs dans le petit monde de l’agriculture biologique

L’humus forestier recréé pour fertiliser des terres

Cela s’appelle le BRF, bois raméal fragmenté, et dans le petit monde de l’agriculture biologique, tout le monde n’a que ces trois lettres à la bouche.

La technique du BRF consiste à recréer la composition naturelle du sol des forêts sur des parcelles cultivées. Dans les zones forestières, les différents éléments naturels du sol, composés de multitudes de feuillages, de branches et de mousses, facilitent la fertilisation.

Pour recréer l’humus forestier et toute l’activité microbienne qui s’y développe, il suffit de broyer des jeunes rameaux de différents bois nobles pour ensuite les disperser sur les parcelles. Seules conditions impératives, utiliser des rameaux très fins (moins de 7 cm de diamètre), mélanger plusieurs variétés de bois et les disperser rapidement après leur broyage.

Après quelques semaines, des champignons commencent à se développer, signe que le sol travaille.

Tenter le coup. Importé du Canada, ce mode de fertilisation est de plus en plus répandu et des démonstrations sur internet multiplient les convertis. Lire la suite

L’avenir de l’eau

La gestion de l’eau, un défi pour demain à traiter aujourd’hui

Le Monde, le 3 septembre 2008, Montpellier envoyée spéciale, Gaëlle Dupont

Les sociétés humaines doivent réformer rapidement leur gestion des ressources en eau douce, sur lesquelles pèsent des pressions de plus en plus importantes. Sans changements, la sécurité hydrique, alimentaire et énergétique de certaines régions du monde serait compromise. Tel est, en substance, le message des organisateurs du 13e congrès mondial de l’eau, qui a lieu à Montpellier du lundi 1er au jeudi 4 septembre.

Editorial du « Monde » Editorial : Urgence pour l’eau

« Pendant longtemps, la ressource en eau a été disponible, en grande quantité, et de bonne qualité. Elle était considérée comme inépuisable, résume Cecilia Tortajada, présidente de l’Association internationale des ressources en eau (IWRA), co-organisatrice du congrès. Ce n’est plus le cas, nous approchons maintenant des limites. Notre objectif est de générer de la connaissance sur ce sujet, et de pousser les décideurs à anticiper les défis à venir. »

Le congrès de Montpellier, à dominante scientifique, se tient quelques mois avant la réunion du Forum mondial de l’eau, fixé en mars 2009 à Istanbul, qui rassemblera politiques, industriels et organisations non gouvernementales. Quelque 260 communications sont prévues en Hérault : évolution du débit des fleuves ouest-africains, impact du réchauffement climatique sur l’irrigation du riz en Chine, gestion des conflits entre usagers en Espagne, etc.

Toutes explorent les multiples facettes d’une même réalité : au moment où la population mondiale s’accroît, l’eau se fait plus rare. Première cause de déséquilibre : le réchauffement climatique. Lire la suite

Salon du bénévolat le 20 septembre à Bordeaux

La mairie de Bordeaux, direction de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, organise le samedi 20 septembre un salon du bénévolat.

Vous pouvez vous inscrire aux tables rondes avant le 10 septembre 2008

14h30 : Accueil des participants par Madame Anne BREZILLON, Adjointe au Maire.

15h – 16h : « Le Développement Durable a besoin des Associations »

1/ Engagement de la Ville autour du Développement Durable

2/ Le Développement Durable au service des Associations

3/ Associations « acteurs » du Développement Durable

16h – 16h30 : Pause

16h30 – 17h30 : « Des Fondations partenaires des Associations »

1/ Présentation des Fondations et du mécénat de compétences

2/ Témoignages d’Associations

3/ Rencontre débat avec les Fondations

COUPON-RÉPONSE à renvoyer Lire la suite

Lancement d’un plan de sauvegarde de l’angélique

Sud-Ouest, le 3 septembre, Chantal Roman

CONSERVATOIRE BOTANIQUE.

Lancement d’un plan de sauvegarde d’une espèce végétale

L’angélique menacée

Autre article sur le blog

C’est très officiellement hier à Audenge que le président du Conservatoire botanique Sud-Atlantique Christian Gaubert, maire de Lanton, conseiller général a lancé aux côtés de Frédéric Blanchard, directeur, un plan de sauvegarde d’une espèce végétale menacée, l’angélique des estuaires : « Une plante rarissime et que l’on retrouve, en Gironde notamment, du côté de Libourne, le long des berges des fleuves et cours d’eau. »

C’est dans le cadre de son programme de gestion et de conservation des berges à angéliques que ce plan est lancé : « Une plante en grand danger, explique Frédéric Blanchard. Cette espèce, que l’on trouve donc en Gironde mais aussi sur les estuaires de la Loire, de la Charente, de l’Adour et de la Nive, est protégée à l’échelle nationale et européenne, du fait de sa valeur patrimoniale exceptionnelle. Il nous faut donc sensibiliser un large public afin d’assurer sa survie. Non seulement tous ceux qui veulent bâtir le long des berges, mais aussi le grand public. D’où ce plan qui concerne l’Aquitaine mais aussi la région Poitou-Charentes. »

Journées de formation. Dans ce cadre, des séminaires vont se dérouler durant tout le mois. Lire la suite

Thermographie aérienne infrarouge de la CUB en 2009

Sud-Ouest, le 3 septembre, Jean-Bernard Gilles

ÉNERGIE. Le conseil de CUB de juillet a voté la réalisation d’un diagnostic infrarouge aérien pour toute l’agglomération. Un an après la ville de Bordeaux thermographie annoncée

L’actualité de la salle de spectacle de l’Aréna a éclipsé, le 18 juillet dernier un autre dossier à l’ordre du jour du conseil de communauté urbaine : la réalisation d’une thermographie aérienne infrarouge du territoire de l’agglomération bordelaise. La consultation auprès des quelques entreprises qualifiées en France a été lancée dans la foulée et c’est à la mi-septembre que la Commission d’appels d’offres de la Communauté urbaine de Bordeaux devrait livrer son verdict.

De quoi s’agit-il ? D’un diagnostic des déperditions de chaleur des bâtiments du territoire de la Communauté urbaine. « Un certain nombre de communes de l’agglomération ont déjà engagé des démarches pour mieux connaître leur consommation mais cette thermographie offrira une vision parfaite de la qualité de l’isolation de tous nos bâtiments publics et privés », explique Laure Curvale, vice-présidente notamment chargée de l’énergie et du plan climat.

L’hiver prochain, dans des conditions climatiques et d’hydrométrie assez précises, un avion ou un hélicoptère survolera l’agglomération à environ 400 mètres d’altitude. À son bord, une caméra infrarouge collectera les données. Et permettra l’établissement de thermicartes qui offrent une parfaite visualisation, grâce à une échelle de couleur, des déperditions d’énergies par les toitures surtout. Le coût total de l’opération est estimé à quelque 350 000 euros. Lire la suite

Eoliennes : polémique

France 2, journal de 13h, 31 août 2008

Eoliennes : polémique

Vent de polémique sur le développement des éoliennes…Leurs défenseur mettent en avant les bienfaits écologiques de cette énergie renouvelable. Leurs pourfendeurs estiment qu’elles défigurent le paysage et que leur installation se fait dans l’opacité totale. Reportage dans le Pas de Calais.

A voir a : <http://jt.france2.fr/13h/>

Eoliennes / Pomemique 13h10m34s

Le solaire pourrait fournir de l’énergie à 4 milliards de person.

Blog Greenpeace, Energie / Climat, le 2 septembre 2008

Pour maintenir l’augmentation globale des températures en deçà de deux degrés, nous savons ce qu’il faut faire : réduire de moitié les émissions mondiales de gaz à effet de serre, notamment de dioxyde de carbone (CO2), d’ici à 2050. Pour Greenpeace, nous pouvons relever ce défi, à condition de mettre en œuvre une politique énergétique nouvelle, fondée sur l’efficacité énergétique et un développement massif des renouvelables

Le solaire pourrait fournir de l’énergie propre à plus de 4 milliards de personnes d’ici à 2030

L’électricité solaire peut assurer une grande partie des besoins énergétiques de deux tiers de la population mondiale – y compris dans des zones isolées – d’ici à 2030. C’est la conclusion principale tirée du rapport Génération solaire, publié le 1er septembre par Greenpeace, en partenariat avec l’association européenne de l’industrie photovoltaïque (Epia).

« Si des mesures appropriées sont mises en place dès aujourd’hui, l’énergie solaire photovoltaïque pourrait fournir de l’énergie à plus de 4 milliards de personnes d’ici à 2030 », Lire la suite