Un procédé écologique pour détruire les frelons d’Asie

Sud-Ouest, le 27 août 2008, Axelle Maquin-Roy avec Danièle Fidaire

FRELONS D’ASIE. – Un ingénieur retraité de Soulignac invente un procédé écologique pour détruire ces nuisibles

La solution venue du Sud-Gironde

Sans fausse modestie, Jean Vignolles déclare, le sourire en coin : « il fallait juste y penser ! » Ingénieur des Arts et Métiers aujourd’hui retraité, Jean Vignolles a trouvé LA solution pour éradiquer les nids de frelons d’Asie qui, depuis plusieurs années, ont envahi nos régions et mis à mal la production de miel, mais aussi fragilisé la pollinisation.

Après avoir planché sur ce problème « depuis l’automne dernier », il a cédé le brevet à l’entreprise Acevedo de Camblanes-et-Meynac qui est en cours d’en recevoir l’officialisation. Ce qui n’a pas empêché son dirigeant, Jean Acevedo, d’utiliser l’invention dès cet été sur près d’une demi-douzaine d’essaims. Verdict : « Tous ont été exterminés ! », se félicite le patron qui pense déjà à détourner le procédé pour l’adapter à d’autres nuisibles.

Du soufre et de l’eau. D’une banalité déconcertante, le procédé de Jean Vignolles a fait la preuve de son efficacité sur trois nids, à Soulignac et Capian. À observer cette « forme ovoïde », Jean a pensé qu’il « y avait quelque chose à faire avec une solution sulfureuse ». Aussi chimique qu’il soit, le gaz soufré ne présente pas de toxicité pour l’environnement ou pour l’homme. Preuve en est sa large utilisation en viticulture. Mais, injecté à l’intérieur du nid, il foudroie littéralement la colonie, parmi laquelle la moitié des spécimens sont des reines.

Pour atteindre les nids parfois haut perchés, Jean a également mis au point une perche télescopique assurant un travail depuis le sol. « Ce tube percé d’une multitude de trous en son extrémité s’enfonce au centre du nid jusqu’à l’extrémité haute et se développe comme une canne à 20 mètres de haut », explique l’inventeur âgé de 82 ans. Une fois inséré, attendre la fin de journée que tous les frelons rentrent au bercail et ouvrir la bouteille de gaz à laquelle est reliée la perche.

Après plusieurs jours, « on constate qu’il n’y a plus d’activité autour du nid », certifie Jean. Ne reste qu’à changer la bouteille de gaz par « une bouteille d’un mélange liquide et de gaz expansé » qui désagrégera progressivement la cellulose dont est composé le nid. CQFD !

 

Invention déjà primée. « Très proche de la nature » et « attaché au développement durable », Jean Acevedo s’est montré intéressé par ce procédé qu’il vante comme « totalement écologique ». D’autant qu’il connaît bien la richesse intellectuelle de Jean Vignolles pour travailler avec cet homme malicieux et attachant depuis plusieurs années sur une autre invention. Cet accélérateur de compostage sans combustion qui permet de réduire l’apport de nitrate tout en éliminant les sarments en les mélangeant aux effluents vinicoles, pour lequel l’octogénaire obtint en 2003 le Trophée de l’oenovation.

Le brevet déposé en juillet, la société d’entretien et de gestion des espaces verts, qui n’a pas omis d’attribuer l’invention à Jean Vignolles, a donc utilisé la méthode durant l’été. « Certes, nous avons été moins ennuyés cette année, certainement à cause des conditions climatiques moins clémentes. Mais sur tous les essaims traités, l’efficacité du procédé s’est confirmée », rapporte Jean Acevedo.

Cela étant, la société girondine n’envisage pas, pour l’heure, de commercialiser ce procédé pour lequel Jean, le patron, avoue d’ailleurs n’avoir « pas pensé à donner de nom ».

Publicités

2 Réponses

  1. j’ai dû en Juin 2011 avoir recours à une société phytosanitaire (à mes frais) pour l’extermmination d’un nid de frelons asiatiques sous ma toiture.
    Je m’aperçois qu’un autre très gros nid est accroché en haut d’un chêne centenaire. L’an dernier la vendée prenait en charge ses destructions, ce n’est plus le cas cette année.(changement de personne peut-être) Je suis en train de récolter le plus de renseignements possibles concernant l’action des autres départements limitrophes pour l’extermination de ces nuisibles, dont l’action devrait être nationale me semble-t-il, ce qui ne semble pas être le cas .Ensuite j’enverrai un courrier à Mr.le Prefet pour connaître le programme mise en place ou non pour éradiquer ce fléau qui pris à temps ne devrait pas déssiméner nos abeilles et mettre à mal la pollinisation . Si vous pouvez me conseiller utilement et corporativement je serais attentive à vos suggestions et votre expérience. je joins mon émail ‘gisele.dufau@wanadoo.fr’ au ca où vous auriez l’amabilité de me répondre…

  2. Dernièrement en charente il me semble que lorsque on trouve un nid de frelons asiatique il faut contacter sa marie qui ensuite contacte le conseil général qui a listé des professionnel habilités et signataires d’une charte de bonne conduite (écologique) pour intervenir. le professionnel me semble t’il se fait ensuite rembourser la facture auprès du département.
    peut être que cette aide n’existe plus pour les professionnels du coup l’habilitation qui leur permettait de se faire rembourser tombe est lorsque vous faite appel à eux vous en êtes pour vos frais !?
    en gironde je sais par contre qu’il s’agit d’associations de bénévoles apiculteurs qui interviennent eux mêmes sur les nids ce qui fait débat avec lesdits professionnels…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :