D’un côté les ultralibéraux, de l’autre les écologistes ?

Jean-Marc Fedida, trublion de la bien-pensance écolo

NaturaVox, Thierry Crouzet le 13 août 2008

Dès qu’il est question des solutions pour atteindre un meilleur avenir, j’ai presque toujours constaté que deux camps se formaient : d’un côté les ultralibéraux, de l’autre les écologistes.

On a beau dire que le monde n’est pas tout blanc et tout noir, il nous apparaît souvent ainsi dans les débats où les opinions se cristallisent sur des positions extrêmes.

En gros, les libéraux veulent avant tout préserver les libertés individuelles. Ils sont donc contre des mesures qui voudraient imposer à tous certains comportements stéréotypés, par exemple rouler avec tel ou tel type de voiture, trier de telle ou telle façon les ordures, employer des ampoules économiques plutôt que classiques…

De leur côté, les écologistes pensent souvent que nous avons besoin de mesures érigées par le haut pour nous imposer certaines attitudes responsables.

Je me sens libéral et je trie mes ordures, j’utilise des ampoules économiques, j’ai le solaire à la maison, je mange bio… Lire la suite

Énergie solaire : Quatre fois plus en 2012 ?

Le journal du développement durable, Margaux Gouté, le 13 août 2008,

Le marché de l’énergie solaire va quadrupler d’ici 2012… Telle est l’étonnante conclusion de l’étude de l’Institut de recherches économiques japonais Fuji-Keizai. Explications.

Quatre fois plus de panneaux solaires d’ici 2012 ? Telle est l’estimation de l’institut de recherches économiques japonais Fuji-Keizai dans une étude publiée vendredi dernier. Selon les chercheurs, le marché mondial des cellules photovoltaïques atteindra alors les 28 milliards d’euros contre 7 milliards en 2007. Les raisons sont économiques bien sûr avec la flambée des prix des hydrocarbures… mais pas seulement. La préoccupation croissante pour la préservation de l’environnement participe fortement au développement des énergies propres. Lire la suite

Hubert Reeves : « Regardez ce qu’il y a dans votre assiette »

Ecolife le 21 juillet 2008 par Marie Varasson

Astrophysicien, président de la Ligue ROC pour la préservation de la faune sauvage et conseiller scientifique à la National Aeronautics and Space Administration (NASA), Hubert Reeves est également chroniqueur pour France Culture et « Le Journal de Montréal ».

Admirateur depuis l’enfance « de la voie lactée, de la mousse, du rossignol et des lucioles », Hubert Reeves s’est investi dans l’astrophysique par passion des mathématiques. « L’amour de la nature est revenue en force quand je me suis aperçu que la biodiversité, dont l’humanité fait partie, était en péril », explique-t-il. Lorsque la présidence du ROC – ligue pour la préservation de la faune sauvage et la défense des non-chasseurs – lui a demandé de succéder à Théodore Monod, Hubert Reeves accepte. Les choses s’enchaînent vite et il conditionne sa prise de fonction par un changement d’orientation des objectifs de l’association. De l’opposition à la chasse, il conduit les actions du ROC vers la protection de la faune sauvage et à la défense des non-chasseurs. Lire la suite

L’ornithologue espèce en voie de prolifération

Article de Benoit Hopquin, Le Monde, 12 juillet 2008

 Chaque printemps, des milliers de passionnés recensent les populations de mésanges, geais et autres tourterelles. Ils observent d’étonnantes modifications dans le comportement des espèces

 Au col d’Organbidexka, dans les Pyrénées atlantiques, une poignée de passionnés observent depuis 1978 le passage des migrateurs, entre le 15 juillet et le 15 novembre. Depuis 1986, Jean-Paul Urcun, responsable de l’association Organbidexka Col libre, a passé l’équivalent de deux années à répertorier chaque vol, parfois par – 10 degrés et un vent à décorner les boeufs. Il a connu les années désespérantes du déclin.

 Aujourd’hui, il voit avec bonheur repasser le bruant ortolan, le héron garde-boeuf, la grue. Certains jours, les vols de pigeons ramiers obscurcissent le ciel comme dans les souvenirs des anciens. L’homme ne crie pas victoire, sait que l’équilibre écologique reste fragile. Il garde une certitude : « Nous aurons disparu avant les oiseaux. Lire la suite